Le prince Laurent met en demeure Charles Michel dans une lettre explosive

Le prince Laurent met en demeure Charles Michel dans une lettre explosive

prince laurent charles michel

Le prince Laurent et le Premier ministre en novembre 2016. | © BELGA PHOTO / THIERRY ROGE.

Politique

C’est une première dans l’histoire de notre monarchie : un membre de la famille royale met en demeure le chef du gouvernement.

Il s’agit d’une première qui fait l’effet d’une petite bombe. Le prince Laurent a adressé une lettre au Premier ministre, Charles Michel, stipulant qu’il met en demeure le gouvernement. Le frère du Roi estime qu’il est du devoir de Charles Michel d’intervenir en sa faveur pour que son ex-asbl GSDT récupère l’argent investi en Libye, en 2008, nous apprennent la RTBF et le Vif.

Lire aussi > À Davos, la tenue de Charles Michel donne des frissons aux défenseurs des animaux

« La loi nous empêche de dégeler les fonds libyens, c’est aussi simple que ça », a tout suite réagi le porte-parole du Premier ministre, Frédéric Cauderlier, à La Libre Belgique, rappelant que Charles Michel ne fait que respecter la loi.

« Monsieur le Premier ministre … »

« Monsieur le Premier ministre, C’est de façon exceptionnelle que je m’adresse à vous personnellement, mais ce sont des circonstances tout aussi exceptionnelles qui m’y contraignent […] », débute dans sa lettre, datée du 24 janvier dernier, le prince Laurent. Engagé dans un combat judiciaire de longue haleine avec l’État libyen, à qui il reproche d’avoir cassé un contrat pour un projet environnemental qu’il voulait développer, le prince s’en prend à la non-réaction du gouvernement belge face aux demandes répétées de ses avocats pour que la Belgique l’aide dans la récupération de cet argent.

50 millions d’euros en jeu

Le frère du roi Philippe explique à Charles Michel qu’il ne souhaite « plus prendre son mal en patience » et avertit : « Une fois de plus, vous ne me laissez donc pas d’autres choix que d’exercer pleinement les droits de justiciable qui sont aussi les miens, et par conséquent d’inviter le gouvernement, et pour autant que besoin le mettre en demeure, de déployer les mêmes efforts en vue d’obtenir des responsables libyens, l’exécution de l’arrêt rendu par la Cour d’appel en faveur de l’ASBL en 2014, et d’en rendre compte. » La Libye a enchaîné les recours pour éviter de payer la somme, qui s’élève à une cinquantaine de millions d’euros.

Lire aussi > Le prince Laurent et sa famille ont rendu visite aux sans-abri et à leurs chiens [PHOTOS]

Dans un communiqué, Charles Michel a rejeté cette demande, rappelant le principe de l’État de droit et de la séparation des pouvoirs. Le Premier ministre indique que « la loi est la même pour tout le monde et que ce sont les cours et les tribunaux qui appliquent la loi ». La Justice belge a déjà donné raison à deux reprises au Prince Laurent dans cette affaire qui remonte à 2008.

CIM Internet