Donald Trump semble plaisanter sur le génocide des Amérindiens (et cela ne passe pas)

Donald Trump semble plaisanter sur le génocide des Amérindiens (et cela ne passe pas)

trump

Donald Trump Jr, le 5 juillet 2018. | © Brendan Smialowski / AFP

Politique

De nombreux internautes sont persuadés que le président américain Donald Trump a fait une blague à propos du « Trial of Tears », l’un des plus regrettables épisodes de l’histoire des États-Unis qui a tué plus de 4 000 Amérindiens. Et la réaction de son fils ne fait que confirmer leur crainte.

C’est officiel, la sénatrice démocrate Elizabeth Warren, cible fréquente de Donald Trump, a confirmé samedi 9 février sa candidature à la présidentielle américaine de 2020. Après cette annonce, le président américain a rapidement réagi sur Twitter, revenant sans surprise sur les origines amérindiennes controversées de la sénatrice du Massachusetts. « Aujourd’hui, Elizabeth Warren, parfois surnommée Pocahontas par moi-même, a rejoint la course à la présidentielle. Se présentera-t-elle en tant que notre première candidate amérindienne ou a-t-elle décidé qu’après 32 ans, il était temps d’arrêter de jouer ? À plus sur le sentier de la campagne, Liz ! » a-t-il écrit samedi 9 février.

Lire aussi > Quatre femmes sont déjà dans la course à la présidentielle américaine de 2020

Rien d’étonnant de la part du Républicain, sauf que le mot en majuscule, « trail », a attiré l’attention de nombreux internautes. Le président des États-Unis vient-il de faire un jeu de mots en rapport avec le génocide des Amérindiens ? Ils sont nombreux à en être convaincus. « Est-ce une putain de blague sur le ‘Trial of Tears’ ? Comment ça se fait que vous êtes président ? » se demande une internaute en faisant référence à la Piste des Larmes, qui a vu plusieurs peuples amérindiens être forcés par les États-Unis de quitter leurs terres situées dans le sud-est du pays pour s’installer dans des réserves de l’Ouest après la loi sur le déplacement des Indiens en 1830, rappelle Newsweek. Des milliers d’Amérindiens sont morts de faim et de maladie avant d’atteindre leur destination.

Ce déplacement forcé a commencé sous le mandat de Andrew Jackson, septième président des États-Unis, dont le portrait est accroché dans le bureau Ovale de Donald Trump et dont s’inspire le milliardaire pour ses propres politiques populistes. Stephen Bannon, ex-conseiller du président, avait d’ailleurs déclaré que son discours d’investiture avait des « accents jacksonniens ».

Lire aussi > Défiée par Trump, cette sénatrice publie un test ADN pour prouver ses origines amérindiennes

En blaguant à propos du génocide des Amérindiens, « le président a une nouvelle fois affirmé au monde quel être humain ignoble, raciste et culturellement insensible il est », répond un internaute furieux. « La ‘PISTE’ des larmes n’est pas une blague ! »

Tel père, tel fils

Donald Trump Jr a retweeté la publication de son père, en commentant « Incroyable. J’aime mon président ! » avec une série d’emojis en fou rire. S’il était d’abord difficile de savoir si le président faisait effectivement référence à la Piste des larmes dans son tweet, la réponse de son fils semble confirmer les doutes. Résultat : lui aussi fait l’objet de critiques sur le réseau social.

CIM Internet