Paris Match Belgique

AIEA : le programme nucléaire nord-coréen dans une nouvelle phrase

Bientôt un champignon atomique venu de Corée du Nord ? | © Belga

Politique

La Corée du Nord a doublé ces dernières années la surface de ses installations produisant de l’uranium enrichi, a prévenu le patron de l’Agence internationale de l’énergie nucléaire (AIEA).

Dans un entretien avec le Wall Street Journal, Yukiya Amano, directeur général de l’AIEA, a parlé d’étape « nouvelle » dans le programme nucléaire de Pyongyang. Et d’ajouter que les capacités nucléaires de ce pays reclus se renforçaient. « La situation est très mauvaise (…) On est entré dans une nouvelle phase« , a-t-il dit dans cet entretien publié lundi. « Tout indique que la Corée du Nord fait des progrès, ainsi qu’elle le déclare« .

Tirs de missiles

L’inquiétude monte sur la scène internationale après toute une série de tirs de missiles par la Corée du Nord, qui a aussi mené en 2016 deux essais nucléaires. Il y a quinze jours, elle a tiré quatre missiles en expliquant qu’il s’agissait d’un exercice en vue de frapper des bases américaines au Japon.

La flotte US s’installe au large de la Corée du Sud pour parer à d’éventuelles attaques de Pyongyang – © Belga

Le continent américain ciblé

La Corée du Nord intensifie ses efforts pour produire du plutonimum et enrichir de l’uranium sur son complexe de Yongbyon, a poursuivi M. Amato, émettant des doutes sur la possibilité de solution diplomatique. Pyongyang, qui a également affirmé avoir testé un puissant moteur de fusée au cours du weekend, essai coïncidant avec une visite dans la région du secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, ambitionne de mettre au point un missile balistique intercontinental capable d’atteindre le continent américain.

La fin de la patience stratégique

M. Tillerson a déclaré que la page de la « patience stratégique » envers le Nord menée sous l’ère de l’administration Obama était tournée, ajoutant que l’option militaire était possible. En janvier, Séoul avait estimé que la Corée du Nord avait suffisamment de plutonium pour fabriquer 10 bombes nucléaires, de même qu’une capacité « considérable » de production d’armes utilisant l’uranium enrichi.

– Avec Belga

CIM Internet