Les députés britanniques rejettent massivement l’accord de Brexit

theresa may

Theresa May lors du vote ce mardi. | © AFP.

Politique

Nouvelle défaite pour la première ministre britannique devant le Parlement, qui a rejeté mardi soir l’accord obtenu avec Bruxelles pour la deuxième fois en deux mois.

Nouvelle déconvenue pour la première ministre britannique Theresa May. Deux mois après un premier vote sanction de Westminster, le Parlement a une nouvelle fois rejeté, mardi 12 mars, l’accord conclu entre Bruxelles et Londres par 391 voix contre 242.

Lire aussi > Brexit : Pourquoi un no-deal serait dangereux pour le Royaume-Uni

Cette deuxième version de l’accord était pourtant renforcée d’ultimes engagements juridiques, signés par le président de la commission européenne, Jean-Claude Junker, dans la soirée de lundi.

(« Je regrette profondément la décision prise par le Parlement ce soir »)

Le fameux « no deal »

Mais l’avenir de la frontière irlandaise concentre toujours l’opposition du Parlement, qui refuse toute démarcation physique séparant la République d’Irlande du Royaume-Uni, tout en craignant de rester dépendant aux réglementations européennes en l’absence d’une telle séparation. Theresa May n’a pas réussi à les convaincre de la pertinence du dispositif de « backstop », imaginé à Bruxelles et contenu dans l’accord. Après ce nouveau rejet, les députés britanniques vont être appelés à voter mercredi sur une sortie de l’UE sans accord. C’est le fameux « no deal » agité comme un chiffon rouge par Theresa May devant les députés depuis plusieurs mois. Mais selon toute vraisemblance, les députés devraient repousser cette possibilité et voter, une troisième fois, sur un report « limité » de la date du Brexit, fixé pour le moment au 29 mars.

Lire aussi > Un « Parti du Brexit » voit le jour au Royaume-Uni

Jeremy Corbyn, chef de file du Labour, principal parti d’opposition, a déclaré : « La première ministre a joué avec la montre, et celle ci vient de lui tomber dessus. Toutes les possibilités restent sur la table, nous l’avons toujours dis, et nous agirons en fonction ». Il considère comme « mort » l’accord proposé par Theresa May.

(Avec AFP)

CIM Internet