Paris Match Belgique

Comment protester contre le Brunei quand on ne peut pas se payer un hôtel de luxe ?

Hassanal Bolkiah

Le sultan du Brunei Hassanal Bolkiah en 1992. | © FRANCIS SILVAN / AFP FILES / AFP

Politique

Un internaute propose une alternative à ceux qui ne peuvent pas participer au grand boycott (réservé aux riches) lancé par George Clooney.

 

48 heures que la nouvelle est officielle. Le sultanat de Brunei a donc bel et bien instauré la peine de mort par lapidation pour punir l’homosexualité et l’adultère. Face à l’entrée en vigueur de cette législation jugée « barbare », « contraire aux obligations internationales vis-à-vis des droits de l’homme » et relevant de « la torture », les voix s’élèvent pour dénoncer des « peines cruelles et inhumaines ».

Devant les Nations Unies, l’Union européenne et l’ONG Human Rights Watch, George Clooney fut l’un des premiers à propulser le sujet en une de l’actualité internationale, en lançant un appel au boycottage de neuf hôtels de luxe liés au sultan de Brunei. Suivi par le chanteur britannique Elton John, puis par la présentatrice américaine Ellen DeGeneres et bien d’autres, la star de Nespresso s’est engagée à ne plus séjourner dans certains palaces, dont le Meurice et le Plaza Athénée situés à Paris. Une noble initiative, mais qui ne concerne malheureusement pas tout le monde.

Tourisme engagé

Face au boycott soutenu par la ville de Los Angeles, où se trouvent deux établissements (l’Hotel Bel-Air et le Beverly Hills Hotel) détenus par le riche État pétrolier, plusieurs ont regretté de pas pouvoir participer à cette action de mobilisation, faute de budget. Car pour boycotter les suites les plus chics du monde, encore faut-il pouvoir se les payer, ont grommelé certains internautes désireux de protester contre le sultan Hassanal Bolkiah, au pouvoir depuis 1967.

Lire aussi > Aux quatre coins du monde, ces pays qui font la chasse aux homosexuels

« Comment protester contre les horribles lois anti-LGBT instaurées par le Brunei quand on ne peut pas se payer une chambre au Dorchester Hotel ? », peut-on alors se demander. En optant pour une alternative tout aussi efficace et bien plus abordable. « Soyons réalistes, nous ne sommes pas beaucoup à pouvoir régulièrement séjourner dans un hôtel lié au Brunei », écrit Bradley Tubb sur Twitter. Afin de faire bouger les choses, cet internaute fan de Star Wars propose de boycotter tous les pays où l’homosexualité est interdite ou discriminée… en arrêtant de s’y rendre. « N’allez plus en vacances dans tous ces pays où la sexualité gay est illégale », écrit-il avant de dresser la liste des îles et pays concernés dans un post relayé par The Independent.

Ceux qui comme George Clooney ne veulent plus mettre leur argent « directement dans la poche d’hommes qui choisissent de lapider et de fouetter à mort leurs concitoyens homosexuels ou accusés d’adultère », peuvent donc faire une croix sur les destinations de voyage suivantes : l’Egypte, l’Indonésie, la Malaisie, les Maldives, le Pakistan, Singapour, le Sri Lanka, les Émirats Arabes Unis (Dubaï), l’île de Barbade, la Dominique, la Grenade, le Guyana, la Jamaïque, Maurice, plusieurs pays des Caraïbes comme Antigua-et-Barbuda, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines… « et beaucoup beaucoup d’autres », conclut l’internaute qui aurait pu également citer l’Afghanistan, l’Iran, la Mauritanie, le Nigeria ou encore le Qatar où les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles ou transgenres risquent la prison, la torture, voire la peine de mort.

CIM Internet