Paris Match Belgique

Alerte rouge en Wallonie : le PTB dépasse le PS dans les sondages

Dans le sillon de l'affaire Publifin, le PTB connaît une spectaculaire hausse de popularité | © Belga

Politique

Révélation choc dans le Baromètre politique de mars 2017 de La Libre Belgique et de la RTBF. Selon les données recueillies par Dedicated,  le PTB vient de supplanter le PS dans les intentions de vote pour les élections fédérales en Wallonie. Il passe en deuxième place derrière le MR, avec 20,5% des intensions de vote, contre 5,5% aux élections de 2014. 

Le PS (qui glisse de 25,4% à 20,3%), lui, n’arrive plus qu’en troisième place du classement, plombé sans doute par les retombées négatives du scandale Publifin. Malgré une belle avancée (11,2% contre 9,2% en décembre), Ecolo reste loin derrière, mais dérobé toutefois la 4e place du classement au CDH (9,9% contre 9,4%).

Ecolo délogé

Dans la capitale, le PS reste en tête (20,1% contre 20,4%), suivi par le MR (18,7% contre 19%), mais le PTB enregistre également une belle hausse de popularité. Le parti s’installe en effet sur la troisième marche du podium avec 14,1% des intentions de vote (+4,5%), délogeant ainsi Ecolo, dont la popularité est pourtant également en hausse, passant de 11,3% à 13,1%.

 

Raoul Hedebouw a toutes les raisons de se réjouir – Belga

Aux régionales aussi

Au niveau régional aussi, le PTB se distingue. Ainsi, en Wallonie, c’est le MR qui vient en tête (malgré une baisse de 22,7% à 22,4% ) et le PS tombe à la deuxième place (glissant de 24,1% à 21,3%) tandis que le PTB fait son aparition sur le podium avec 20% soit une hausse impressionnante par rapport à ses 5,8% aux élections de 2014. L’occasion de constater que le « réglement de comptes anti-liégeois » auquel Christine Defreigne a comparé la commission d’enquête Publifin dans les pages de La Meuse ne met pas tous les partis en péril.

Le PS dans la tourmente

Pour le PS, en tout cas, le réveil est dur. Malmené par les retombées de la saga Publifin, le parti est en baisse dans les sondages, tant au fédéral qu’au régional. S’il reste premier à Bruxelles (à 0.1% de différence du MR seulement), il accuse toutefois le coup. Lors de l’annonce du scandale, le PTB avait souligné que « l’heure était grave ». Il semblerait en réalité que pour le parti de Peter Mertens, l’heure soit aux réjouissances.

 

Mots-clés:
Publifin PS ptb
CIM Internet