Donald Trump met son veto à une résolution du Congrès le contredisant sur le Yémen

Donald Trump met son veto à une résolution du Congrès le contredisant sur le Yémen

trump

Donald Trump. | © Brendan Smialowski / AFP

Politique

Donald Trump a mis son veto à une résolution du Congrès demandant l’arrêt du soutien américain à la coalition saoudienne dans la guerre au Yémen.

La réponse de Donald Trump à un camouflet venu du Congrès. Mardi, le président américain a mis son veto à une résolution du Congrès, qui demandait l’arrêt du soutien américain à la coalition saoudienne dans la guerre au Yémen, invoquant une loi votée en 1973 et limitant les pouvoirs militaires du président dans un conflit à l’étranger. Pour le milliardaire, qui n’a jamais caché sa proximité avec le régime saoudien, il s’agissait d’une « tentative inutile et dangereuse d’affaiblir [ses] pouvoirs constitutionnels, mettant en danger des vies de citoyens américains ». « Nous fournissons ce soutien pour plusieurs raisons, a ajouté Donald Trump dans un communiqué. C’est notre devoir de protéger la sécurité des plus de 80 000 Américains qui résident dans certains pays de la coalition qui ont été victimes d’attaques de Houthis depuis le Yémen. » L’appui américain est « non combattant », a précisé la Maison-Blanche.

Ce texte avait été voté à la fois par la Chambre des représentants et le Sénat, le premier à majorité démocrate et le second à majorité républicaine, grâce à l’alliance d’élus des deux bords sur le sujet. Cette résolution bipartisane est la deuxième à se voir opposer un veto présidentielle, après le blocage, par le Congrès, de la procédure d’urgence décrétée par Donald Trump pour débloquer les milliards de dollars qu’il souhaite pour permettre la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique.

Lire aussi > Menacée de mort, l’élue musulmane Ilhan Omar accuse Donald Trump d’incitation à la haine

Au Yémen, au moins 10 000 morts depuis 2015

Une position dont s’est réjoui le ministre émirati des Affaires étrangères, dont le pays est membre de la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite : « L’affirmation du soutien à la coalition arabe au Yémen de Donald Trump est un signal positif des Etats-Unis envers les alliés de l’Amérique. Les intérêts stratégiques communs sont renforcés avec cet engagement clair », a écrit sur Twitter Anwar Gargash.

La guerre au Yémen a plongé le pays dans une crise humanitaire gravissime : selon les chiffres officiels, au moins 10 000 personnes – surtout civiles – ont été tuées depuis 2015 et des millions de Yéménites sont au bord de la famine.

Le Sénat accuse MBS, Trump doute

Donald Trump a restauré, depuis son arrivée à la Maison-Blanche, les relations avec le royaume wahhabite, notamment dans le cadre de la politique d’isolation de l’Iran, le grand rival régional de l’Arabie saoudite et soutien des Houthis au Yémen. Son soutien au prince héritier Mohammed ben Salmane, accusé – y compris par le Sénat américain – d’avoir commandité l’assassinat de Jamal Khashoggi, a été critiqué, mais le président américain refuse d’incriminer le prince aux pouvoirs étendus. Début avril, les Etats-Unis ont interdit d’entrée sur leur territoire 16 ressortissants saoudiens en raison de « leurs rôles dans le meurtre » de l’éditorialiste critique de MBS, tué en octobre dernier.

Tim Kaine, le sénateur démocrate de Virginie, a dénoncé dans les colonnes du New York Times la décision de Donald Trump, assurant qu’elle faisait « partie d’une attitude alarmante de Trump fermant les yeux sur les actions saoudiennes qui sont en contradiction avec les valeurs américaines comme le meurtre du journaliste et habitant de Virginie Jamal Khashoggi et l’emprisonnement de femmes activistes ».

CIM Internet