Paris Match Belgique

Hollywood en liesse après le revers de Donald Trump sur "Obamacare"

Nul doute que pour Donald Trump, Hollywood tout entier est un cactus | © Belga

Politique

De nombreuses stars d’Hollywood étaient extatiques vendredi sur Twitter après l’échec cinglant du président américain Donald Trump dans sa tentative d’abroger le système de santé dit « Obamacare » mis en place par son prédécesseur.

« Tu parles d’un art de la négociation » , ironisait le réalisateur de documentaires Michael Moore, féroce adversaire du président républicain, en faisant allusion au titre d’un best-seller du magnat de l’immobilier, The Art of the Deal. Le cinéaste enfonce le couteau dans la plaie en ajoutant le hashtag #loser (« raté« ), terme régulièrement utilisé pour décrire ses adversaires par le président américain, qui se présente souvent comme « un gagnant » .

Détruire la vie de 26 millions d’américains

« Le chef de la majorité à la chambre des représentants Paul Ryan s’excuse à présent de ne pas avoir été en mesure de détruire la vie de 26 millions d’américains » , poursuit le metteur en scène de Bowling for Columbine, en référence à un rapport du bureau du budget du Congrès qui anticipait le nombre de personnes risquant de perdre leur couverture santé si la réforme Trump était adoptée.

Lire aussi : Donald Trump veut conquérir la planète Mars

Le réalisateur de Bowling for Columbine est un opposant féroce de Donald Trump © Belga

Se consoler au golf

L’acteur Paul Bettany (Avengers, Iron-Man) se dit lui « que Trump, aujourd’hui, à 70 ans, doit penser qu’il aimerait ne faire que jouer au golf… Mais en même temps, c’est un peu ce qu’il fait » , en référence aux nombreux week-end passés par le président dans sa résidence de Mar-a-Lago en Floride.

« Une vraie victoire »

Plus insolente, la chanteuse et actrice Bette Midler a posté une photo d’un gant hospitalier en latex avec le majeur dressé et la mention: « trouvé devant la Trump Tower » . Le musicien et acteur John Legend célèbre « une vraie victoire » . « Quand votre rêve, votre ambition (était) de faire voter un projet de loi qui enlèvera la couverture santé à 24 millions de personnes. Malheureux » , a-t-il ajouté.

Pour le chanteur John Legend, l’échec de Trumpcare est une vraie victoire © Belga

La décence a gagné

De son côté, le comédien Marc Ruffalo a « félicité la résistance pour sa victoire sur la (réforme) de santé. La décence a gagné! » . Bryan Cranston, star de la série Breaking Bad, s’est contenté de remercier l’ancien président démocrate Barack Obama: « sans vous, les Républicains ne penseraient même pas à fournir un système de santé » .

Améliorer au lieu de supprimer

Constructive, Rosie Perez a appelé à « ne pas se gausser » mais plutôt à « remercier les élus qui ont refusé de voter pour ‘TrumpCare’ » , le surnom du texte de loi qui n’a pas obtenu le soutien d’une majorité de parlementaires et que le gouvernement Trump a préféré retirer vendredi.  « Il est temps de se conduire sans parti pris et d’améliorer et non de retirer Obamacare » .

Coup dur pour Donald Trump qui avait signé la mesure dès son investiture © Belga

10 garanties essentielles

L’Obamacare avait rendu obligatoire pour toute compagnie d’assurance santé de proposer au minimum 10 garanties à ses clients. Soit : la santé mentale, les prescriptions médicales, la prise ne charge des urgences, de l’hospitalisation, de l’accouchement et du nouveau-né, les services pédiatriques (soins ophtalmologiques et auditifs compris), les services de rééducation, les analyses en laboratoire ainsi que la prévention et la prise en charge des maladies chroniques, . Des garanties pour lesquelles aucun plafond de remboursement ne peut être fixé.

14 millions d’exclus d’ici à 2018

Opposé au coût de l’Obamacare sur les finances publiques et l’obligation pour les contribuables de s’assurer sous peine de pénalités financières, Donald Trump avait promis de révoquer cette mesure. C’est d’ailleurs le premier ordre exécutif qu’il a signé après son investiture, avec un projet de Trumpcare supposé remplacer l’Obamacare. Un projet qui, selon le Congressional Budget Office aurait notamment eu pour conséquence que 14 millions de personnes perdraient leur couverture santé d’ici à 2018. Une catastrophe humaine évitée de peu et célébrée par Hollywood, en attendant le prochain acte.

CIM Internet