Paris Match Belgique

Exportation d’armes belges vers l’Arabie Saoudite : la Wallonie pointée du doigt, la Flandre ne se sent pas concernée

Le ministre fédéral de la Coopération au développement s'est exprimé sur l'exportation d'armes belges vers l'Arabie Saoudite. | © Belga

Politique

Le ministre fédéral de la Coopération au développement, Alexander De Croo (Open Vld), a appelé dimanche à la cessation des livraisons d’armes fabriquées en Belgique à l’Arabie saoudite, pointant au passage la Région wallonne.

L’Arabie saoudite mène une « horrible guerre » au Yémen, désormais touché par la famine selon les ONG. « On ne peut pas essayer de sauver des vies humaines et, dans le même temps, livrer des armes », a commenté M. De Croo dans l’émission de la VRT « De Zevende Dag ». Pour lui, ces vies humaines sont menacées par « des armes que nous exportons nous-mêmes ».

Lire aussi : Amnesty International dénonce les crimes au Yémen devant l’ambassade d’Arabie saoudite

« Mettre fin à cette folie »

Et le ministre fédéral de souligner que 60% des exportations d’armes belges vers l’Arabie saoudite viennent de la Wallonie. Alexander De Croo affirme que, les Régions étant compétentes pour les licences d’armes, il ne peut lui-même faire cesser ces exportations. « Je ne peux que plaider auprès d’eux pour mettre fin à cette folie. Une solution pourrait être d’instaurer un embargo sur les armes pour raisons humanitaires », a ajouté M. De Croo, disant avoir le soutien du Premier ministre Charles Michel (MR).

La Flandre ne se sent pas concernée

Le gouvernement flamand ne se sent pas concerné par l’appel d’instaurer un embargo sur les ventes d’armes destinées à l’Arabie saoudite, car la Flandre « n’exporte par d’armes » vers ce pays, a assuré le porte-parole du ministre-président flamand Geert Bourgeois.

Le dossier des viseurs, l’an dernier, ne concernait qu’un usage civil, a répété le porte-parole. « Le problème ne se pose donc pas du côté flamand, et ne doit donc pas non plus être discuté avec les entités fédérées » dans leur ensemble, selon lui.

Lire aussi : La vente d’armes au plus haut niveau depuis la Guerre froide

Pour M. Bourgeois (N-VA), un embargo ne pourrait intervenir que s’il est décidé au niveau européen afin d’être efficace. C’est également la position du gouvernement wallon, comme l’a confirmé le porte-parole du ministre-président Paul Magnette (PS).

La Flandre a renforcé dernièrement son décret sur les licences d’armes et dispose désormais d’une législation « parmi les plus strictes d’Europe à cet égard », selon le cabinet Bourgeois. Là encore, le cabinet Magnette fait valoir le même argument pour la législation wallonne.

(Avec Belga)

CIM Internet