Paris Match Belgique

Joe Biden critique Kim Jong-un, l’agence officielle nord-coréenne le qualifie d’« imbécile »

joe biden

Joe Biden, le 18 mai. | © Dominick Reuter / AFP

Politique

Joe Biden, favori à l’investiture démocrate pour la présidentielle de 2020, a été qualifié d’« imbécile » par KCNA, l’agence officielle nord-coréenne.

« Fou au faible QI », une insulte qui rappelle celle proférée par Donald Trump. Mais elle vient cette fois de KCNA, l’agence officielle nord-coréenne, qui n’a pas apprécié que Joe Biden classe Kim Jong-un parmi les « dictateurs et tyrans », dans un discours prononcé samedi dernier. « Ce qu’il a prononcé relève du sophisme d’un imbécile dépourvu des qualités élémentaires d’un être humain, sans même parler d’un homme politique », a développé l’éditorial de KCNA, lui reprochant d’avoir « calomnié la direction suprême ». L’organe de communication nord-coréen a poursuivi ses critiques du septuagénaire en dressant la liste de toutes ses gaffes : un somme pendant un discours de Barack Obama en 2011 qui lui a valu d’être « la risée de tous », des accusations de plagiat et « ses actes et paroles vulgaires contre les femmes et ses remarques irréfléchies ». « Il ne mérite pas que l’on fonde ses espoirs sur lui », a écrit KCNA sur le favori des sondages pour obtenir l’investiture démocrate pour la présidentielle de 2020.

Lire aussi > Présidentielle US : Qui veut battre Donald Trump en 2020 ?

Joe Biden, qui a été pendant huit ans le vice-président de Barack Obama, était au coeur du pouvoir pendant des années très tendues avec la Corée du Nord. Depuis le début de l’an dernier, une détente est observée sur la péninsule coréenne, qui a mené à deux rencontres historiques -et critiquées par les démocrates- entre Donald Trump et Kim Jong-un, à Singapour puis à Hanoï. Mais cette dernière réunion a été écourtée et s’est achevée sans déclaration commune. Depuis, le dictateur nord-coréen a entamé une tournée diplomatique, se rendant en Chine puis en Russie, et a repris des tirs de missiles, en avril et en mai. Depuis Vladivostok, où il a rencontré Vladimir Poutine, Kim Jong-il avait accusé les Etats-Unis d’avoir été « de mauvaise foi », avertissant que la situation « pourrait retrouver son état initial ». Les négociations semblent dans l’impasse, même si Donald Trump ne tarit pas d’éloges envers le descendant de Kim Il-sung et Kim Jong-il, assurant même qu’ils sont « tombés amoureux ».

« Little Rocket Man » contre le « gâteux mentalement dérangé »

Avant ce rapprochement entre les deux dirigeants, Donald Trump avait lui aussi fait les frais de critiques via KCNA. En décembre 2017, une missive de l’agence avait qualifié le président américain de « gâteux mentalement dérangé », critiquant sa reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d’Israël. Des mots que Kim Jong-un avait lui-même utilisés après la mise en place de nouvelles sanctions américaines à l’encontre de son pays. Le président américain, candidat à sa propre succession, multiplie les attaques envers celui qu’il a surnommé « Sleepy Joe » (« Joe le fatigué »). Son utilisation fréquente des surnoms moqueurs -il en a un pour la plupart de ses adversaires politiques- avait également visé Kim Jong-un : il lui avait attribué le sobriquet de « Little Rocket Man ».

Mots-clés:
Joe Biden kim jong-un
CIM Internet