Paris Match Belgique

Le Vlaams Belang, le parti le plus anti-femmes que la Belgique ait connu

vlaams belang

Les chaussettes Vlaamse Leeuw de Dries Van Langenhove, fondateur du mouvement extrémiste Schild & Vrienden. | © BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Politique

Et le parti devrait d’ores et déjà être déclaré hors-la-loi, proteste le Conseil des femmes francophones de Belgique (CFFB).

 

Le Vlaams Belang, grand vainqueur des élections de dimanche dernier, est le parti le plus anti-féminin que la Belgique ait connu, dénonce jeudi le Conseil des femmes francophones de Belgique (CFFB), au lendemain de l’audience royale de la formation d’extrême droite. Celle-ci « reste fidèle à son ADN anticonstitutionnel, anti-belge, anti-démocratique, et avec une constance qui frise l’obsession, homophobe et anti-femmes », déplore Sylvie Lausberg, historienne et présidente de l’organisation féministe.

« 50% de femmes en politique, c’est trop »

Pour le CFFB, les « mâles » du parti d’extrême droite ont « réussi leur coup : serrer la main du chef de l’Etat, évincer fissa les deux premières femmes élues sur leurs listes, illico remplacées par des hommes, et remettre en cause rien moins que l’égalité des femmes et des hommes ». « Cinquante pour cent de femmes en politique c’est trop », a d’ailleurs déclaré Tom Van Grieken, le président du Belang, sur les ondes de Radio 1, rappelle le Conseil.

Lire aussi > Facebook, l’arme fatale du Vlaams Belang (et de tous les extrêmes)

Et Sylvie Lausberg de rappeler l’attitude du parti, alors appelé Vlaams Blok, face à la loi dépénalisant l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Quelques mois après le vote du texte en 1990, la formation d’extrême droite en avait déposé un autre visant recriminaliser cet acte médical. Elle avait alors dénoncé une loi qui fait droit aux « états d’âme émotionnels des femmes » et avait réclamé une interdiction généralisée de l’IVG. Le Vlaams Blok avait ensuite redéposé cette proposition de loi en 1992, 1996, 1999 et 2003. Après sa dissolution en 2004, son successeur, le Vlaams Belang, en avait fait de même en 2007, 2008 et 2011, se remémore le Conseil des femmes francophones de Belgique.

Lire aussi > Le Vlaams Belang au Palais royal : « Le Roi faisait face à deux mauvaises options, il n’y avait pas d’alternative »

Hors-la-loi

« Nul doute que les 18 élus au Parlement fédéral de ce parti ne s’arrêteront pas en si mauvais chemin », imagine l’organisation. « Non, ils n’ont pas traîné, contestant – à peine les micros ouverts – l’article 11bis de la Constitution qui garantit aux femmes et aux hommes l’égal exercice de leurs droits et libertés ainsi que la parité dans les institutions. Le Vlaams Belang doit d’ores et déjà être déclaré hors-la-loi », conclut Sylvie Lausberg.

 

Avec Belga

CIM Internet