Paris Match Belgique

C’est quoi le nouveau job de Charles Michel concrètement ?

Charles Michel entrera directement dans le bain européen en décembre prochain. | © BELGA PHOTO THIERRY ROGE

Politique

Le premier ministre libéral belge a décroché mardi un haut poste du côté de l’Union européenne. Dès le mois de décembre, il endossera le costume de président du Conseil européen. De quoi s’agit-il exactement ? Explications.

 

Par L.Dp

L’alerte de l’agence de presse Belga est tombée mardi soir vers 19h00. Charles Michel obtenait le haut poste au niveau européen. Le Premier ministre belge Charles Michel a été élu par ses homologues européens pour présider leur cénacle du Conseil, a annoncé l’actuel président de cette institution, le Polonais Donald Tusk. M. Michel succèdera en décembre 2019 à M. Tusk, qui avait lui pris la relève d’un autre Belge, Herman Van Rompuy. Voilà pour les premiers mots de la dépêche.

« Être nommé président du Conseil européen est une grande responsabilité et une tâche que je remplirai avec engagement. Mon objectif est une Europe unie respectant la diversité nationale », a déclaré Charles Michel sur Twitter. « La solidarité, la liberté et le respect mutuel sont au cœur de l’Union européenne. Je vais défendre ces valeurs », a-t-il ajouté. Voilà pour les premières réactions à chaud.

Lire aussi > Élections européennes : La vague eurosceptique contenue, poussée verte

Directement dans le grand bain européen

Le Conseil européen rassemble en son sein les chefs d’Etat et de gouvernement des Etats membres de l’Union européenne. C’est aussi le cas du président de la Commission. C’est là que se dessine les orientations et priorités politiques générales de l’UE.

Le président du Conseil européen est pricipalement en charge de la préparation des sommets, de l’animation des travaux durant les sommets dont il doit ensuite détailler les résultats obtenus. Son rôle est également d’oeuvrer à bâtir des compromis entre les 28 chefs d’Etat et de gouvernement. Vu le processus chaotique et les tensions politiques des derniers jours pour arriver à la nomination des hauts postes européens (Ndlr: BCE, Commission…), ce n’est pas spécialement une sinécure qui attend Charles Michel.

Enfin, Charles Michel devra aussi représenter l’Union sur la scène internationale lors de sommets bilatéraux et multilatéraux sans être pour autant le chef de la diplomatie européenne. Il existe un poste dédié pour cela. Bruxelles sera le cadre de travail de Charles Michel et de son cabinet composé d’une trentaine de personnes.

Le mandat de Charles Michel  est d’une durée de deux ans et demi, renouvelable une fois. Le Brabançon n’aura pas le temps de démarrer en douceur. Lorsqu’il prendra la place de Donald Tusk, il sera immédiatement plongé au coeur des grands débats du moment, comme le Brexit, qui pourrait avoir livré son verdict fin octobre. Autre sujet sensible, la répartition des centaines de milliards d’euros de la programmation budgétaire 2021-2027, que les chefs d’Etat et de gouvernement espèrent boucler avant la fin de l’année. Vifs échanges en perspective…

Charles Michel cet européen convaincu

L’élection du Premier ministre belge Charles Michel à la présidence du Conseil européen a été saluée par plusieurs personnalités politiques belges sur les réseaux sociaux. ©BELGA PHOTO THIERRY ROGE

C’est de famille chez les Michel, la fibre européenne. Le premier minsitre belge suit les pas de son père, Louis Michel. L’aîné n’a jamais caché ses affinités, ses convictions et s’est toujours employé à défendre l’UE en tout temps. Comme l’explique La Libre dans son édito du jour, Charles Michel a quant à lui toujours assisté avec assiduité et force aux sommets européens en tant chef de gouvernement ces quatre dernières années. Il connaît bien cet environnement et ses collègues. Sa philosophie politique part du principe que les grands défis de l’époque comme l’immigration, la fiscalité, la sécurité doivent être gérés à ce niveau de pouvoir.

Des institutions pas toujours très… lisibles

Compliqué le système belge ? Sans aucun doute. Mais, à son niveau, l’Union européenne se défend pas mal aussi. Il faut ainsi distinguer et ne pas confondre trois institutions dont les noms sont assez proches: Conseil européen, Conseil de l’Europe et Conseil de l’Union européenne…

Nous avons détaillé les missions de la première assemblée.  Le Conseil de l’Europe fête en 2019 ses 70 années d’existence. Il rassemble au total 47 Etats membres (dont les 28 européens) et son siège est à Strasbourg. Comme l’indique le site de l’institution, « le Conseil de l’Europe et l’Union européenne : missions différentes, valeurs communes ». Pour faire très court, c’est la principale organisation qui s’occupe de la défense des droits de l’homme du continent.

Enfin, le Conseil de l’Union européenne représente les gouvernements des États membres. C’est au sein de cette institution que les ministres nationaux de tous les pays de l’UE se réunissent pour adopter les lois et coordonner les politiques.

Avec Belga. 

CIM Internet