Paris Match Belgique

Pourquoi Boris Johnson a brandi un hareng fumé lors d’un débat télévisé

boris johnson

Boris Johnson, le 17 juillet. | © Tolga AKMEN / AFP

Politique

Le candidat favori au post de Premier ministre britannique Boris Johnson s’est une nouvelle fois fait remarquer lors d’un débat télévisé, en agitant un hareng fumé de l’île de Man.

Dernière ligne droite pour Boris Johnson et Jeremy Hunt. Les deux derniers candidats pour prendre la tête du Parti conservateur et devenir Premier ministre britannique participaient mercredi à l’ultime débat télévisé, avant l’annonce du vainqueur. En plein milieu de cette session questions-réponses, l’ancien maire de Londres, donné gagnant de la course, a ravi ses partisans en brandissant un hareng fumé pour illustrer ce qu’il a appelé « la bureaucratie européenne« , sa cible préférée.

« Je veux que vous regardiez ce hareng qui m’a été remis il y a quelques instants par le rédacteur en chef d’un quotidien national, qui l’avait lui-même reçu d’un saurisseur de l’île de Man qui était furieux parce que, après avoir pu envoyer pendant des décennies des poissons comme ça par le courrier, ses coûts ont augmenté à cause de la bureaucratie de Bruxelles qui a décidé que chaque hareng doit être accompagné de glace », a déclaré Boris Johnson. Secouant un sachet de glace en plastique, le grand favori a lancé : « Inutile, coûteux et dommageable pour l’environnement, la santé et la sécurité, Mesdames et Messieurs ».

Pourtant, l’île de Man, située dans la mer d’Irlande entre l’Angleterre et l’Irlande, est une dépendance autonome de la Couronne britannique. Elle ne fait donc pas partie de l’Union Européenne, mais elle doit tout de même appliquer ses réglementations pour pouvoir commercer avec le bloc européen. Après le Brexit, le Royaume-Uni sera lui aussi obligé de respecter certaines règles pour accéder à ce marché, sans pour autant avoir son mot à dire sur les contraintes.

Cette « démonstration poissonneuse », comme l’a qualifiée HuffPost, n’a pourtant pas empêché Boris Johnson de promettre qu’une fois sorti de l’Union européenne, le Royaume-Uni « reprendrait ses harengs » et le contrôle de la régulation.

L’ancien maire de la capitale britannique a également promis de renégocier l’entièreté de l’accord négocié par Theresa May avec Bruxelles, alors que l’Union européenne a exclu cette hypothèse. Six jours avant la désignation du nouveau Premier ministre, Boris Johnson joue une nouvelle fois la carte du sauveur du Brexit.

Jeremy Hunt prêt à la défaite

Nettement plus sobre, Jeremy Hunt a également présenté sa stratégie pour mettre en œuvre ce divorce historique, estimant nécessaire d’apporter des « changements profonds » à l’accord négocié avec Bruxelles. Apparemment fatigué par ces semaines de duel, le candidat semble être prêt à la défaite, déclarant que « ce serait un grand honneur de servir Boris ». Le gagnant de la course au pouvoir sera désigné mardi, à l’issue d’un vote des 160 000 membres du parti conservateur.

CIM Internet