Paris Match Belgique

Melania Trump : Son premier portrait officiel moqué par les internautes

Le premier portrait officiel de la First Lady Melania Trump. | © Régine Mahaux / The White House

Politique

La Maison Blanche a diffusé le premier portrait officiel de la First Lady pris par la photographe belge Régine Mahaux. Quelques heures plus tard, de nombreux internautes se sont amusés à le détourner.


Bras croisés sur la poitrine, bague en diamant en évidence, dans une chemise à nœud et veste noires, Melania Trump regarde droit dans l’objectif pour son premier portrait officiel en tant que First Lady. La photo de l’ancien mannequin de 46 ans a été diffusée ce lundi 3 avril par la Maison Blanche, mais aussi sur les réseaux sociaux de l’épouse de Donald Trump : sur Instagram, elle a été « aimée » par plus de 37 000 utilisateurs. Sur Twitter, elle a été partagée plus de 11 000 fois et « aimée » près de 56 000 fois.

Official Portrait of First Lady

Une publication partagée par First Lady Melania Trump (@flotus) le

Un portrait rapidement devenu un mème

Quelques heures après que le cliché ait été dévoilé, les internautes n’ont pas tardé à pointer du doigt l’abus de retouches Photoshop : teint trop lissé, traits du visage gommés… Melania Trump est devenue un mème et s’est retrouvée comparée à des personnages de série. L’esthétique très 80’s de la photo ainsi que le décor a également fait pas mal parler l’imagination des Twittos.

Une photographe belge derrière ce cliché

Selon la présidence américaine, la photo a été prise au lendemain de l’investiture de son mari, en janvier dernier, par Régine Mahaux. Cette photographe belge connaît les Trump depuis 2006, comme elle nous l’avait expliqué en novembre 2016, peu après la victoire du milliardaire : « Les Trump avaient sélectionné mon travail parmi les différents portfolios qu’on leur avait soumis ». Depuis cette rencontre, elle les a photographiés à plusieurs reprises, notamment pour une photo de famille glamour réalisée en avril 2010 au dernier étage de la Trump Tower : « Je n’ai pas remarqué de changement en eux, ils sont toujours les mêmes. Ils sont juste plus occupés. Mais ils sont restés parfaitement impliqués jusqu’au bout dans ce qu’ils avaient commencé avec moi ».

Lire aussi > Faut-il craindre les boubours en 2017 ?

Photo de famille de Donald, Melania et Barron Trump réalisée en avril 2010 par Régine Mahaux. © Régine Mahaux

Melania Trump a « hâte » d’emménager à la Maison Blanche

Le portrait de Melania Trump a été réalisé « dans sa nouvelle résidence à la Maison Blanche ». L’épouse de Donald Trump a d’ailleurs  « hâte d’y être à temps plein une fois que Barron aura fini l’école, mais c’est toujours son nouveau foyer », a déclaré une source à la chaîne CBS News.

Lire aussi > Melania Trump : malheureuse en toute discrétion

La First Lady vit en effet toujours au sein de la Trump Tower à New York, en attendant la fin de l’année scolaire de Barron, son fils de 11 ans. Une pétition en ligne lancée sur la plateforme Change.org demande d’ailleurs à ce qu’elle emménage au plus vite au sein de la Maison Blanche ou qu’elle règle les dépenses de sécurité elle-même. Ces frais sont estimés à 146 000 dollars (un peu moins de 137 000 euros) par jour rien que pour la police de New York, ce à quoi il faut ajouter les coûts pour les pompiers de la ville.

Une protection très chère

Durant la période de transition, entre le 8 novembre et le 20 janvier, 24 millions de dollars (22,5 millions d’euros) ont été dépensés pour assurer la sécurité de la famille du président et du président lui-même, soit 308 000 dollars (289 000 euros) par jour, précise CNN Money.

Lire aussi > Les First ladies, ces femmes politiques

Mais cette polémique n’empêche pas Melania Trump de jouir d’une cote de popularité assez élevée : selon un sondage publié le mois dernier par CNN, 52% des Américains ont une opinion positive de la First Lady, qui n’est que rarement apparue en public. Avant l’investiture de son mari, cette cote de popularité n’était que de 36%. Il y a un an, rappelle la chaîne, 23% des sondés n’avaient jamais entendu parler de celle qui semble être la plus discrète du clan Trump.

La pétition en ligne, lancée il y a deux semaines, a réuni déjà plus de 510 000 signatures.

CIM Internet