Paris Match Belgique

15 heures de discours pour le sénateur américain Jeff Merkley

Jeff Merkley est un soutien de Bernie Sanders | © Begla

Politique

Le sénateur démocrate Jeff Merkley a tenu un discours de 15 heures devant le Sénat pour s’opposer à la nomination de Neil Gorsuch, le candidat proposé par Donald Trump pour occuper un poste à la Cour suprême.

 

On peut parler d’une nuit blanche bien occupée pour Jeff Merkley. Le sénateur démocrate de l’Oregon a parlé pendant quinze heures devant le Sénat, dans la nuit de mardi à mercredi, pour s’opposer à la nomination de Neil Gorsuch, le candidat proposé par Donald Trump pour occuper un poste à la Cour suprême.

Durant ce long discours tenu de 18h46 à 10h13 le lendemain, l’élu américain a accusé le procureur de se soucier davantage des entreprises que des personnes lors des affaires sur lesquelles il a travaillé, le comparant au juge Antonin Scalia, décédé l’an dernier et auquel il devrait succéder. Neil Gorsuch « est comme son idole et modèle Antonin Scalia et d’autres conservateurs d’extrême droite à la Cour suprême ».

©Ron Sachs/Consolidated/dpa – Neil Gorsuch.

Jeff Merkley ne détient pas le record du discours le plus long, rappelle le Time : en 1957, le sénateur de la Caroline du Sud Strom Thurmond a parlé pendant 24 heures et 18 minutes pour s’opposer à des lois sur les droits civiques. Plus récemment, Ted Cruz avait pris la parole pendant 21 heures et 18 minutes en 2013 pour s’opposer à la réforme de santé proposée par Barack Obama. En vain.

Un soutien de Bernie Sanders

Cette prise de parole passionnée n’est pas sans rappeler celle d’un autre élu démocrate, Bernie Sanders. Jeff Merkley avait d’ailleurs été le premier sénateur à officiellement apporter son soutien à l’adversaire d’Hillary Clinton lors de la primaire démocrate, écrivant dans le New York Times que le sénateur du Vermont « s’attaque avec audace et acharnement aux plus grands défis qui se présentent à notre pays » comme le commerce, les énergies fossiles ou les réformes de la finance.

Lire aussi > Avec Donald Trump, l’Amérique d’abord et l’Afrique en dernier

Cependant, les arguments de Jeff Merkley ne seront pas suffisants : les démocrates ne sont pas assez nombreux pour s’opposer à cette nomination, comme ils ne l’étaient pas pour permettre la validation du candidat proposé par Barack Obama l’an dernier.

CIM Internet