Paris Match Belgique

À la place du Groenland, Donald Trump succombera-t-il à la proposition des jeunes N-VA ?

n-va trump wallonie

Un tweet pour faire le buzz. | © Capture d'écran Twitter / @Jongnva.

Politique

Mauvais goût quand tu nous tiens.

Les jeunes N-VA, c’est bien connu, ne sont pas connus pour leur finesse. Et nous en ont fait une nouvelle démonstration cet après-midi. Dans un montage diffusé sur sa page Twitter, la section du parti nationaliste a proposé au président américain de lui vendre la Wallonie pour un euro symbolique sous le message : « Cher président @realDonaldTrump, un euro et la Wallonie est à vous. Appelez-nous. #GreenlandIsNotForSale ». Le tout accompagné d’une photo de Durbuy augmentée de la Trump Tower. On repassera pour le trait d’humour.

Lire aussi > « The King in the North » : Quand Bart De Wever et la N-VA détournent Game of Thrones

Qui se ressemble s’assemble

Ce post des jeunes nationalistes fait évidemment référence à l’intérêt porté par le milliardaire pour le Groenland, qu’il a assuré vouloir acheter de sa poche. Une offre balayée par le Danemark, propriètaire de cette île immense située entre l’Atlantique Nord et l’océan Arctique. Après ce refus du Danemark de vendre le Groenland aux États-Unis, Donald Trump a annulé sa visite à Copenhague prévue début septembre. Un voyage qui n’a pas encore été reprogrammé.

Dans un communiqué transmis à la chaîne de télévision danoise DR, la reine Margethe, à l’origine de l’invitation, a exprimé « sa surprise » après l’annulation formulée par Donald Trump. Un étonnement partagé par quasiment l’ensemble de la classe politique danoise. « La réalité transcende la fiction (…), cet homme est imprévisible », a twitté Morten Østergaard, chef de la gauche radicale et membre de la majorité parlementaire.

Lire aussi > « Sanctions are coming » : HBO et les actrices de « Game of Thrones » répondent à Trump

Les jeunes N-VA semblent en tous cas avoir le même genre d’humour que l’homme qui twitte plus vite que son ombre, habitué des photo-montages dont on pourrait se passer. Leur président Bart De Wever avait aussi copié le président américain, en reprenant les codes de Game of Thrones. Qui se ressemble s’assemble.

CIM Internet