Paris Match Belgique

Commission européenne : Pourquoi le nom du portefeuille à la Migration fait polémique

commission européenne

Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, est au coeur de la polémique. | © Kenzo TRIBOUILLARD / AFP

Politique

Anciennenement appelé « Migrations, Affaires intérieures et Citoyenneté », le portefeuille de ce dossier ultra-sensible se nomme aujourd’hui « Protection du mode de vie européen ». Un choix qui pose problème. 

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a dévoilé les portefeuilles des 26 membres de son équipe, représentant chacun un pays de l’Union (à l’exception du Royaume-Uni, qui doit théoriquement quitter l’UE). Mais un poste en particulier a suscité de vives réactions : celui du Grec Margaritis Schinas, dont le pays est en première ligne des arrivées de migrants, chargé de la Migration et la Sécurité dans l’Union. Outre le fait de coupler ces deux matières, c’est surtout le nouvel intitulé du portefeuille qui pose problème : Commissaire en charge de la protection du mode de vie européen.

« Notre mode de vie européen, c’est s’accrocher à nos valeurs. La beauté de la dignité de chaque être humain est l’une des plus précieuses valeurs », a expliqué Ursula von der Leyen, priée de justifier le lien entre l’intitulé du poste et le dossier migratoire lors d’une conférence presse de présentation de sa nouvelle Commission. Dans son programme, l’Allemande développe l’une de ses priorités, « protéger notre mode de vie européenn », en plusieurs catégories, dont l’Etat de droit et la sécurité intérieure, ainsi qu’un point sur « des frontières solides et une nouvelle approche en matière de migration », précise l’agence Belga.

Lire aussi > Europe : Les femmes prennent le pouvoir

« Un scandale absolu »

Cette explication n’est absolument pas du goût de la gauche européenne, qui s’est immédiatement levée contre cette dénomination, pointant du doigt l’appartenance de la présidente à la famille PPE (parti populaire européen), soit à la droite conservatrice. « C’est évidemment un scandale absolu. Autrement dit, quoi qu’il s’en dise, ils reprennent la vision de l’extrême droite selon laquelle la question migratoire est d’abord un enjeu de protection d’un soi-disant mode de vie européen, dont on n’a d’ailleurs pas idée de ce qu’il signifie », a déploré l’eurodéputé écologiste Philippe Lamberts à la RTBF. « Cela fait peur de voir proposer un portefeuille sur la ‘protection du mode de vie européen’ qui inclut la migration et la protection des frontières. Nous espérons que la présidente Von der Leyen ne voit pas une contradiction entre soutenir les réfugiés et les valeurs européennes », a ajouté la co-présidente des Verts au Parlement européen Ska Keller.

Citée par le journal britannique The Independent, l’eurodéputée écologiste du Pays de Galles Molly Scott Cato estime que cette terminologie relève de la « rhétorique fasciste« . En France, le député européen socialiste Raphael Glucksmann a déjà fait savoir qu’il était « hors de question » de valider un tel poste au Parlement. « Le combat ne fait que commencer ».

Certaines associations de défense des droits humains ont également réagi. C’est de le cas d’Amnesty International, qui dénonce « la rhétorique de l’extrême droite, ‘les migrants menacent le mode de vie européen’ » et estime qu’« en liant la migration à la sécurité », ce portefeuille « envoie un message inquiétant ».

Stratégie ?

Pour Philippe Lamberts, il s’agit d’une stratégie de la part d’Ursula von der Leyen qui tend la main à certains au sein du Parti populaire européen et tente de rassurer les pays du groupe de Visegrád — la Pologne, la Tchéquie, la Slovaquie et la Hongrie. « Ce qu’elle fait ici, je pense, c’est redonner des garanties au PPE, c’est-à-dire la droite européenne, qui comprend, je vous le rappelle, le Fidesz de Viktor Orbán et des partis qui flirtent avec l’extrême droite — je pense à Berlusconi en Italie. Il faut donc donner des gages à ces gens-là ». Le Grec Margaritis Schinas fait également partie de ce parti, mais, au coeur de la polémique entourant l’intitulé de son portefeuille, l’écologiste belge dit ne pas vouloir viser l’homme.

Lire aussi > 10 choses que vous ignorez certainement sur le continent européen

migration
Margaritis Schinas © IMAGO

« L’Europe est synonyme de sociétés ouvertes et démocratiques. Nous maintenons nos orientations politiques telles qu’elles ont été publiées en juillet », a réagi le porte-parole d’Ursula von der Leyen. « Et il serait utile que les gens s’intéressent aussi à ce qui est dans quel portefeuille et quels projets sont liés à un titre », a-t-il ajouté. « La protection de notre mode de vie européen fait référence aux valeurs européennes, à savoir la tolérance, l’accueil, l’asile », a expliqué une autre source dans l’entourage de la présidente de la Commission européenne. « Mais cela n’était pas censé être le titre des attributions d’un vice-président de la Commission », a commenté une autre source européenne.

CIM Internet