Paris Match Belgique

Qui est Rajae Maouane, la nouvelle co-présidente d’Ecolo ?

A 30 ans à peine, voilà la conseillère communale de Molenbeek propulsée à la tête du parti Ecolo ! | © BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

Politique

Avec Jean-Marc Nollet, elle forme le ticket double qui sera à la tête du parti écologiste pour les prochaines années. À la découverte de la Bruxelloise du duo.

 

Par L.Dp

A Namur, ce dimanche, la seule incertitude (Ndlr: c’était l’unique candidature) qui planait au-dessus de cette élection portait sur le pourcentage de voix que le duo récolterait pour asseoir sa légitimité: 92%… En se présentant, les nouveaux co-présidents se sont inscrits dans la continuité de ce qui avait été initié par la co-présidence précédente, élue en 2015, Zakia Khattabi et Patrick Dupriez.

Statutairement, la co-présidence d’Ecolo doit être composée d’une femme et d’un homme, provenant pour l’un(e) de Bruxelles, pour l’autre de Wallonie. C’est bien entendu le cas avec la jeune trentenaire Rajae Maouane, conseillère communale de Molenbeek depuis octobre 2018 et élue députée régionale en mai dernier lors des dernières élections.

Qui est-elle au fond ? Issue de la communauté marocaine de Bruxelles, elle est éprise de justice sociale. Née à Uccle, Rajae Maouane se passionne pour l’enseignement comme vecteur d’émancipation. Elle est diplômée en communication de l’Institut supérieur de formation sociale et de communication (ISFSC).

Sa carrière politique a réllement démarré auprès de l’ex-échevine de Molenbeek Sarah Turine, travaillant dans le domaine de la jeunesse. Elle aime le sport également puisque Rajae pratique le football depuis l’enfance.« J’aime bouger, être sur le terrain, pas trop sur le banc de touche. C’est dans mon tempérament de trouver des solutions et d’être inventive », a déclaré Mme Maouane.

 

Le duo Rajae Maouane /Jean-Marc Nollet complice à Namur le jour du vote. ©BELGA PHOTO PAUL-HENRI VERLOOY

Dans un portrait paru dans La Libre, on y apprend que la députée est l’avant-dernière d’une famille (très) nombreuse de Molenbeek. “Mes parents viennent de Tanger, au Maroc. Ils se sont installés à Bruxelles, après un passage à Anvers. Papa était ouvrier et maman s’occupait de nous. Un job à (plus que) temps plein. »

L’un de ses combats permanent est de rassembler, de rapprocher les communautés entre elles comme elle l’explique dans le quotidien. « J’ai toujours été impliquée sur le terrain, auprès des ASBL de quartier. J’ai pu me rendre compte de l’enjeu de faire se rencontrer les gens, surtout après les attentats de Bruxelles, quand Molenbeek a été très critiquée. La solution, c’est que les gens se parlent et reprennent confiance en eux.”

Lire aussi >Co-présidence de Zakia Khattabi chez Ecolo : Les coulisses d’un départ

Dans le journal L’Echo, fin août 2019, Jean-Marc Nollet disait d’elle, « Rajae a des contacts permanents avec les jeunes. Des milieux populaires, mais pas que… » Également dans le même journal, la candidate élue à la coprésidence expliquait comment elle voyait son futur rôle. « Qu’Ecolo renouvelle sa tradition de parti-mouvement. En cultivant les débats et en faisant de l’éducation permanente. » 

Quelques mois auparavant, toujours dans L’Echo, un journaliste lui demandait finalement pourquoi, en tant que Molenbeekoise biberonnée à l’ère Moureaux, elle n’avait pas rejoint le camp socialiste plutôt qu’Ecolo… « Durant mes études, j’ai rencontré Ecolo. Surtout sur les réseaux sociaux. Quand on sait les utiliser, ce sont de chouettes outils. J’ai pu vraiment échanger avec des Ecolo que ce soit Zakia Khattabi, Alain Maron, Barbara Trachte ou Christos Doulkeridis. Je les trouvais super accessibles et super à l’écoute. De fil en aiguille, j’ai découvert la locale de Molenbeek… »

Niveau look, comme le montre (encore) les clichés pris dimanche à Namur, cela correspond à sa jeunesse et sa fraîcheur. Jeans, t-shirt « avec message » et un veston car il faut bien y mettre un peu les formes !

Une duo qui gardera en permanence comme ligne de conduite pour le parti les six thèmes annoncés : la nature, les solidarités, la prospéritél, les libertés, la démocratie et… le temps.

Avec Belga.

CIM Internet