Paris Match Belgique

Chili : Sept morts lors des émeutes, le pays est « en guerre », déclare le président

chili émeutes

Des soldats patrouillent dans la ville de Concepcion, le 20 octobre 2019. | © PABLO HIDALGO / AFP.

Politique

Émeutes, état d’urgence, couvre-feu… Le pays vit depuis le 18 octobre l’une des plus violentes contestations sociales depuis des décennies.

Au Chili, au moins sept personnes sont mortes lors d’affrontements violents et d’incendies criminels et le président chilien, Sebastian Pinera, a annoncé, dimanche 20 octobre, l’extension de l’état d’urgence aux villes du nord et du sud du pays. « Nous sommes en guerre contre un ennemi puissant, qui est prêt à faire usage de la violence sans aucune limite », a-t-il déclaré dans une allocution à la télévision depuis le siège de l’armée, à Santiago.

Lire aussi > Les images du terrible affrontement entre narcos et armée après l’arrestation d’un fils d’El Chapo

L’état d’urgence, décrété samedi dans la capitale, sera étendu aux villes d’Antofagasta, Valparaiso, Valdivia, Chillan, Talca, Temuco et Punta Arenas, a indiqué le ministre de l’Intérieur, Andres Chadwick. Ce dernier a annoncé que la décision d’étendre l’état d’urgence avait été prise dans un contexte « d’escalade de la violence et du vandalisme ». Quelque 10 500 policiers et militaires sont mobilisés à Santiago et ce contingent sera renforcé si nécessaire, a-t-il précisé.

chili émeutes

Un manifestant masqué à Valparaiso, ville côtière submergée par les émeutes. © JAVIER TORRES / AFP.

Gel du prix du ticket de métro

Les émeutes qui secouent le pays sont survenues à la suite d’un mouvement de contestation, initié par des lycéens et des étudiants, qui a débuté il y a deux semaines en raison de la hausse du prix du ticket de métro. Face à la contestation, le président chilien a annoncé qu’il gelait la hausse du prix du titre de transport.

chili émeutes
L’armée chilienne a été déployée sur l’ensemble du territoire pour faire face au pire mouvement de révolte depuis des décennies. © CLAUDIO REYES / AFP.

Sebastian Pinera a annoncé que les réseaux de bus et de métro à Santiago fonctionneraient partiellement lundi, ainsi que les hôpitaux, certaines écoles et crèches, et appelé les Chiliens à se regrouper et à aider leurs voisins et à rester en sécurité.

Dimanche, des affrontements ont eu lieu entre manifestants et policiers dans l’après-midi dans le centre de Santiago, tandis que des pillages se déroulaient dans plusieurs endroits de la capitale.

chili émeutes
Vue aérienne d’une station de métro incendiée à Santiago. © AFP.

Lire aussi > La Catalogne sous haute tension [PHOTOS]

Cinq personnes ont péri dans l’incendie d’une usine de vêtements en proie à des pillages selon les pompiers de Santiago. Deux personnes étaient déjà mortes dans la nuit de samedi à dimanche dans l’incendie d’un supermarché également pillé par des manifestants dans le sud de la capitale et une troisième avait été blessée, le corps brûlé « à 75 % », selon les autorités.

CIM Internet