Paris Match Belgique

Hillary Clinton se moque de la lettre écrite par Trump à Erdogan

hillary clinton

Hillary Clinton, le 23 avril 2019. | © Don Emmert / AFP

Politique

Dans un tweet, Hillary Clinton a partagé une parodie de la lettre envoyée par Donald Trump à Recep Tayyip Erdogan.

« Trouvé dans les archives… » Dimanche, Hillary Clinton a tâclé avec humour Donald Trump, partageant une parodie de la lettre qu’il a envoyée à Recep Tayyip Erdogan pour le dissuader – en vain – de lancer une opération militaire dans le nord-est de la Syrie contre les forces kurdes. Le texte imite le ton désinvolte du courrier rédigé le 9 octobre dernier, mais « envoyé » cette fois-ci par John F. Kennedy à Nikita Khrouchtchev : « Ne soyez pas un connard, ok ? Enlevez vos missiles de Cuba. Tout le monde dira : ‘Vive Khrouchtchev ! Vous êtes le meilleur !’ Mais si vous ne le faites pas, tout le monde fera ‘quel trou du cul’ et appellera votre pays pourri ‘L’Oignon Soviétique’. Vous me les cassez vraiment, là. Je vous passe un coup de bigo plus tard. Câlins, John Fitzgerald Kennedy. »

La lettre écrite par Donald Trump était bien moins familière mais le ton était loin de respecter les usages diplomatiques. Mêlant mises en garde, menaces sur l’économie turque et appels à négocier avec les Kurdes, le président américain avait écrit à son homologue turc : « J’ai travaillé dur pour résoudre certains de vos problèmes. Ne décevez pas le monde. Vous pouvez parvenir à un super accord. […] Vous serez du bon côté de l’histoire si vous faites ça de la bonne manière, compatissante. Elle vous considérera à jamais comme le diable si de bonnes choses n’arrivent pas. Ne soyez pas un sale type. Ne soyez pas bête ! »

Lire aussi > « La Russie, la Chine ou Napoléon Bonaparte » peuvent bien aider les Kurdes, selon Trump

Une lettre à la poubelle ?

Le texte, rédigé le 9 octobre, n’avait pas empêché Recep Tayyip Erdogan de lancer le même jour l’opération Source de paix, visant les forces kurdes, considérées par le gouvernement turc comme « terroristes » mais qui étaient jusque là alliées aux États-Unis dans la lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique. Selon les confidences d’une source proche du président turc à la BBC Turkish : « Le président Erdogan a reçu la lettre, l’a rejetée totalement et elle a fini à la poubelle ». « Nous n’oublierons pas ce manque de respect », a-t-il déclaré à la presse, selon le New York Times.

CIM Internet