Paris Match Belgique

Marine Le Pen poursuit sa croisade contre l’Union Européenne

«Ma première mesure sera de rendre leurs frontières nationales aux Français» a affirmé Marine Le Pen | © Belga

Politique

Pour accepter de participer à l’émission «Demain, Président», Marine Le Pen a demandé à TF1 retirer le drapeau européen au fond du plateau. Une requête qu’a accepté la chaîne, a annoncé son présentateur Gilles Bouleau mardi soir.

«Pour accepter de participer à cette émission, Marine Le Pen, vous nous avez demandé de retirer le drapeau européen qui devait figurer derrière vous», a expliqué Gilles Bouleau au début de l’émission, où défilent les 11 candidats à la présidentielle, tandis que sa collègue Anne-Claire Coudray a évoqué un «geste symbolique». Mardi soir, c’était à la patronne du FN d’être reçue. «Je veux être présidente de la République française, pas de la Commission européenne, je considère que l’UE a fait beaucoup de mal à notre pays et à notre peuple, en matière économique, sociale, de disparition des frontières…», a dit Marine Le Pen pour justifier cette demande.

Lire aussi : FN, ton univers impitoyable : guerre des dynasties au sein du clan Le Pen

Rendre les frontières aux Français

« Ma première mesure sera de rendre leurs frontières nationales aux Français », a-t-elle ajouté. Dans un entretien au mensuel Causeur d’avril, Marine Le Pen disait sa volonté « d’interdire le drapeau européen sur les bâtiments officiels ». Le drapeau bleu à étoiles jaunes depuis été retiré du fronton de plusieurs mairies frontistes. Lors d’une conférence à Paris en février dernier, la candidate du Front National avait affirmé que « l’Union diminue la France, elle la sépare du monde. Je ne me résous pas à voir la France diminuée, dépendante, séparée ».

Lire également : Face au repli identitaire, l’Europe doit oser un protectionnisme nouveau

Une autre Europe

« Il faut en finir avec ce monstre bureaucratique, avait encore ajouté Marine Le Pen. « Je me réjouis de la renaissance des peuples européens contre l’Union, pour l’Europe. Que Angela Merkel, M. Schulz ou les autres commissaires le veuillent ou non, nous bâtirons une autre Europe« . Une Europe où la frontiste  entend « remettre à plat les traités européens et engager résolument la France dans la construction d’une Europe des nations libres ».

 

CIM Internet