Paris Match Belgique

« Vous allez échouer » : L’équipe Obama a-t-elle laissé des « mots doux » destinés à l’administration Trump ?

Stephanie Grisham, porte-parole de la Maison Blanche

Donald Trump et Stephanie Grisham. | © SAUL LOEB / AFP

Politique

La porte-parole de la Maison Blanche a indiqué que l’équipe Obama avait laissé des mots dans les bureaux de la Maison Blanche pour assurer à la nouvelle administration Trump qu’elle allait « échouer ». Des « mensonges » selon d’anciens conseillers de l’ex-président. 

 

L’équipe Obama a-t-elle laissé des mots en catimini dans les bureaux de la Maison Blanche pour assurer à la nouvelle administration Trump qu’elle allait « échouer » ? « Mensonge », ont répondu à cette assertion de la porte-parole de Donald Trump d’anciens conseillers de Barack Obama.

« Lorsque nous sommes arrivés à la Maison Blanche, je vais vous dire quelque chose. Tous les bureaux étaient pleins de livres d’Obama et il y avait des mots laissés derrière qui disaient ‘vous allez échouer’, ‘vous n’allez pas y arriver' », a dit la porte-parole de la Maison Blanche Stephanie Grisham, citée dans un tweet d’une reporter de CNN, Abby Phillip.

« C’est un pur et flagrant mensonge », a répondu sur Twitter Daniel Jacobson, un avocat de l’administration Obama.

Lire aussi > Le couple Obama produit un documentaire Netflix à charge contre Donald Trump

« Plutôt l’inverse – on leur a laissé des livres pratiques pour essayer de les aider autant que possible avec la transition » entre les deux gouvernements, a-t-il poursuivi.

« J’ai juste vu ça comme une sorte de blague »

Jon Wolfsthal, un ancien responsable du Conseil de sécurité nationale de Barack Obama, a pour sa part dénoncé « un mensonge scandaleux », « honteux et dégueulasse », et appelé au renvoi de Stephanie Grisham.

Face à ces démentis passionnés – et des moqueries en ligne de la part d’opposants de Donald Trump – Stephanie Grisham a cherché à temporiser. « Je ne comprends pas pourquoi tout le monde est si sensible », a-t-elle confié à l’AFP. « J’ai juste vu ça comme une sorte de blague ». La porte-voix de l’exécutif américain a estimé ne pas avoir « sous-entendu que tous les bureaux avaient rencontré ce problème » et s’est souvenue avoir trouvé un « mot charmant » dans le sien.

CIM Internet