Paris Match Belgique

En désaccord avec Donald Trump, le chef de l’US Navy renvoyé

Richard Spencer

Richard Spencer en 2017. | © Nelvin C. Cepeda/San Diego Union-Tribune/TNS/ABACAPRESS.COM

Politique

En désaccord avec Donald Trump sur le traitement d’un Navy SEAL accusé de crime de guerre, le chef de l’US Navy Richard Spencer a été démis de ses fonctions.

Un départ de plus dans l’administration Trump. Dimanche, Richard Spencer, le chef de l’US Navy, a confirmé qu’il quittait son poste, après un désaccord public avec le président américain, rapporte le Washington Post. Les deux hommes s’opposaient sur le cas d’Eddie Gallagher, un membre des Navy SEALs, une force spéciale d’élite, poursuivi pour crime de guerre. Accusé d’avoir tué un prisonnier et des civils irakiens et d’avoir menacé ses camarades qui l’ont dénoncé, le militaire a été acquitté au terme d’un procès contesté. Il avait toutefois été déclaré coupable d’avoir « discrédité les forces armées » pour avoir pris des photos avec le cadavre de l’adolescent détenu, en 2017. Une condamnation après laquelle Donald Trump a restauré son grade, démis par décision de justice, et demandé à ce qu’il garde sa place au sein de son unité, dont l’emblème est un trident.

« Je n’étais pas satisfait de la façon dont le procès du Navy Seal Eddie Gallagher a été géré par la Navy. Il a été très mal traité mais, en dépit de cela, a été complètement acquitté de toutes les accusations majeures. J’ai fini par restaurer le grade d’Eddie. De la même façon, de grands dépassements des coûts prévus pour des contrats passés par l’administration précédente ne m’ont pas satisfait. Ainsi, le secrétaire à la Défense Mark Esper a mis fin au service du secrétaire de la Navy Richard Spencer. Je remercie Richard pour son service et son engagement. Eddie prendra sa retraite avec tous les honneurs qu’il a gagnés, dont sa broche au Trident. L’amiral et actuel Ambassadeur en Norvège Ken Braithwaite sera nommé par moi pour être le prochain secrétaire de la Navy. Un homme d’une grande réussite et de succès, je sais que Ken fera un travail remarquable ! », a écrit Donald Trump dimanche soir. En attendant la confirmation de cette nomination, le poste sera occupé par intérim par Thomas Modley, l’adjoint de Richard Spencer.

Une négociation directe avec la Maison-Blanche ?

Richard Spencer a « pris connaissance » de son éviction, précisant dans une déclaration : « Je ne partage plus la même vision que le Commandant en Chef qui m’a nommé, à propos des principes clés de l’ordre et de la discipline. Je ne peux pas, en toute conscience, obéir à un ordre dont je pense qu’il viole le serment sacré que j’ai pris en présence de ma famille, de mon drapeau et de ma foi pour soutenir et défendre la Constitution des États-Unis. » Donald Trump « mérite (…) un secrétaire de la Navy qui est aligné sur sa vision ».

Lire aussi > Le milliardaire Michael Bloomberg entre dans la course à la Maison Blanche, pour « battre Trump »

Le secrétaire à la Défense Mark Esper a fourni une explication différente : selon lui, Richard Spencer aurait tenté de négocier directement avec la Maison-Blanche, tenant une position contraire à celle qu’il avançait en public, qui aurait permis « de restaurer le grade de Gallagher et l’autoriser à prendre sa retraite avec son insigne de trident ». « J’en ai déterminé que le secrétaire Spencer n’a plus ma confiance pour occuper ce poste », a-t-il assuré dans une déclaration, se disant « profondément perturbé par ce comportement ».

Mi-novembre, en même temps que son annonce concernant Eddie Gallagher, Donald Trump a gracié deux autres soldats accusés de crimes graves : Mathew Golsteyn, qui devait être jugé pour le meurtre d’un Afghan qu’il soupçonnait de fabriquer une bombe, et Clint Lorance, condamné à 19 ans de prison pour le meurtre de deux civils en Afghanistan en 2012. Les décisions à propos de ces trois militaires, injustement poursuivis aux yeux de certains conservateurs, allaient à l’encontre des recommandations du Pentagone, rappelle le New York Times. Certains dirigeants militaires avaient été choqués par l’insistance de Donald Trump, qui avait assuré dans un tweet jeudi que la Navy « ne retirerait PAS » les récompenses d’Eddie Gallagher. « Cette affaire a été très mal gérée dès le début. Retournez au travail ! », avait-il écrit.

CIM Internet