Paris Match Belgique

En Russie, Apple fait de la Crimée un territoire russe (et provoque la colère de l’Ukraine)

Une personne tient un iPhone, le téléphone d'Apple, dans la main

Apple n'a pas encore réagi à la polémique. | © Pexels

Politique

Après avoir présenté la Crimée comme une région russe, Kiev accuse Apple de « se foutre de sa douleur ».

Apple a cédé aux demandes du Kremlin. Lorsque le service de navigation et de météo de la marque à la pomme est utilisé depuis la Russie, les villes de la péninsule telles que Simféropol ou Sébastopol apparaissent comme étant en « Crimée, Russie ». Ces mêmes villes apparaissent sans pays défini lorsque ces services sont utilisés depuis d’autres pays.

Saluées par la Douma, le parlement russe, ces modifications ont été apportées par Apple après des négociations commencées en mai avec les autorités russes, qui intimaient à la firme américaine de se mettre en conformité avec la loi russe, qui reconnaît la Crimée comme partie du territoire de la Russie.

Lire aussi > Ukraine, Russie et dissimulations : Révélations délicates pour Trump

Le président du comité du Parlement russe pour la sécurité et la lutte anticorruption, Vassili Piskarev, a confirmé qu’Apple avait « mis entièrement (ses services) en conformité avec la loi russe », selon l’agence Interfax.
 « L’erreur dans la signalisation des villes de Crimée dans l’application météo a été réglée », a-t-il poursuivi.
 Le géant américain avait d’abord supprimé la mention de l’Ukraine, mais les villes de Crimée restaient apatrides, selon le député.
 
« Nous allons rester vigilants pour qu’il n’y ait pas de retour en arrière », a-t-il ajouté mercredi.

La réaction de l’Ukraine

Face à ces modifications, Kiev a accusé Apple de « se foutre de sa douleur ». « Laissez-moi vous expliquer en des termes que vous pourrez comprendre, Apple : imaginez que vous criiez sur tous les toits que votre design, vos idées, vos années de travail et une partie de votre cœur vous ont été volés par votre pire ennemi mais qu’un ignorant se foute de votre douleur », a fustigé sur Twitter le chef de la diplomatie ukrainienne, Vadym Prystaïko. « C’est ce que ça fait quand vous qualifiez la Crimée de territoire russe », a-t-il ajouté en interpellant Apple.

« Les iPhones sont d’excellents produits. Sérieusement, Apple, s’il vous plaît, s’il vous plaît, restez sur la haute technologie et le divertissement. La politique mondiale n’est pas votre fort », a écrit le ministre ukrainien des Affaires étrangères dans une autre publication.

Et sur Google Maps ?

Autre géant américain, Google est également pointé du doigt. S’il n’af­fiche aucun pays spéci­fique pour les villes de Crimée, un autre détail pose problème : lorsque le service est utilisé en Russie, il utilise l’ortographe russe pour indiquer ces lieux. Une frontière apparaît également entre la Crimée et l’Ukraine dans ce cas.

En 2014, l’annexion de la Crimée en 2014 à l’issue d’un référendum dénoncé comme illégal par l’Ukraine et les Occidentaux a provoqué les plus fortes tensions depuis la fin de la Guerre froide et a été suivie par une vague de sanctions européennes et américaines contre la Russie. Peu d’États recon­naissent aujourd’hui la souve­rai­neté de Moscou sur le terri­toire.

Avec Belga

Mots-clés:
Apple russie Ukraine crimee
CIM Internet