Paris Match Belgique

« Électeurs francophones passifs », « bouillie arc-en-ciel »… Bart De Wever se prépare à de nouvelles élections

Bart De Wever setra-t-il nommé nouvel informateur par le roi Philippe ?

Bart De Wever scrutant l’avenir à court terme... Voit-il des élections se profiler ? | © BELGA PHOTO JONAS ROOSENS

Politique

En vue de la formation d’un gouvernement fédéral, ce serait une erreur de donner une mission à Bart De Wever, selon Jean-Marc Nollet (Ecolo). Pour lui, il n’y a pas de doute, De Wever gagne du temps, en pourrissant la situation en vue de nouvelles élections afin de se refaire…

 

Le co-président d’Ecolo ne voit vraiment pas d’un bon oeil l’éventuelle désignation du président de la N-VA, Bart De Wever, comme nouveau chargé de mission royal. A ses yeux, le leader nationaliste a démontré qu’il ne cherchait pas de solution et se profilait en vue d’élections anticipées. « Ce serait une erreur fondamentale de le désigner. Son seul objectif, c’est de gagner du temps, de se profiler déjà en campagne électorale et de diviser l’Open Vld », a-t-il déclaré sur les ondes de La Première.

L’écologiste pointe du doigt les propos d’une « violence extrême » de M. De Wever lundi matin, lorsque celui-ci a qualifié les francophones d' »électeurs passifs » qu’il faut financer à coups de « milliards » flamands et la note de M. Magnette de « bouillie arc-en-ciel » dont il faut « se laver la bouche avec un solide dentifrice flamand ». « Il se met du côté des problèmes et non des solutions », estime M. Nollet.

 

Pour Nollet, la stratégie de De Wever est claire comme de l’eau de roche…©BELGA PHOTO THIERRY ROGE

Pourtant, le CD&V continue à plaider pour que la N-VA reçoive sa chance dans le processus de formation d’un gouvernement fédéral. Le ministre flamand des Affaires bruxelloises, Benjamin Dalle (CD&V), l’a rappelé sur les ondes de Bel-RTL. « Dans une démocratie, nous trouvons très important que les deux plus grands partis de notre pays, le PS et la N-VA, prennent leurs responsabilités. Il me semble évident que si Bart De Wever dit qu’il est prêt à prendre cette responsabilité, il faut lui donner la possibilité de le faire », a-t-il dit.

Le Roi a entamé une série de consultations après la demande de l’informateur Paul Magnette (PS) d’être déchargé de sa mission ce lundi. Il s’est entretenu lundi soir avec les présidents du MR et de l’Open Vld. Il reçoit mardi matin les présidents du CD&V, de la N-VA et de Groen. Il faut bien constater que jouer avec ou sans la N-VA comporte exactement la même dose de dangerosité pour l’avenir de la Belgique.

Dans La Libre Belgique, l’éditorialiste Francis Van de Woestyne commence à plaider pour un gouvernement d’union nationale déjà mis en place dans des temps difficiles. Celui-ci réunirait en sein les familles sociales, libérales, écologistes et démocrates-chrétiennes. Une coalition qui devrait bien entendu faire le gros dos face à une opposition composée par le PTB, le Belang et la N-VA…

L’arc-en-ciel pas encore tout à fait mort

L’Open Vld et le CD&V étaient pressentis lundi soir pour livrer un nouveau chargé de mission à la demande du Roi dans le cadre de la formation d’un gouvernement fédéral.

Un mois après sa désignation, et un an après la chuite du gouvernement Michel (Ndlr: décembre 2018),  le président du PS estime avoir obtenu un certain nombre d’avancées: non seulement il a tracé la possibilité de convergences entre un certain nombre de partis sur une série de thèmes mais il a aussi entamé un travail budgétaire. « On a travaillé avec tous les partis politiques, on a identifié des priorités, on a travaillé sur des convergences et commencé à trouver des solutions sur des sujets très importants comme l’emploi, la santé, les pensions, la justice, la transition climatique », a-t-il souligné dans une vidéo postée sur Twitter.

Le scénario d’une coalition arc-en-ciel (socialistes, libéraux, écologistes) complétée par le CD&V et/ou le cdH est sur la table. Jusqu’à présent, les libéraux n’ont pas fermé la porte. Le travail de l’informateur ne « peut être jeté par-dessus bord », estiment-ils même s’ils le jugent « encore insuffisant ».

La logique politique voudrait dès lors qu’ils prennent le relais du président du PS dans le cadre d’une préformation ou d’une formation… à moins que le Palais ne charge un CD&V d’une nouvelle mission. L’arc-en-ciel ne dispose que d’une majorité très courte à la Chambre (76 sièges sur 150) et n’a pas de majorité dans le groupe linguistique flamand. L’ajout des chrétiens-démocrates résout le premier problème, pas le deuxième.

Le CD&V et certaines personnalités de l’Open Vld ont estimé qu’il fallait envoyer au front la N-VA. Ils craignent qu’un arc-en-ciel même élargi ne passe pour une coalition anti-N-VA et permette aux nationalistes de se poser en victimes.

Autant de mois perdus… pour retourner aux urnes ?

Une mission confiée à la N-VA risque toutefois de mener à un retour à la case départ. Le PS n’entend toujours pas s’allier aux nationalistes flamands et les propos du président de la N-VA lundi matin n’étaient guère conciliants. Bart De Wever a qualifié les travaux de l’informateur de « bouillie arc-en-ciel » dont il faudrait « faire passer le goût avec un solide dentifrice flamand » et estimé qu’il ne faudrait pas reprendre les travaux de zéro… mais « de moins 20 ».

 

CIM Internet