Paris Match Belgique

On vous dit pourquoi les Britanniques votent un jeudi

La Grande Bretagne organise des élections aujourd'hui jeudi 12 décembre

Les élections de ce jeudi 12 décembre ont pour objectif de confirmer le désir de Brexit des Britanniques, ou au contraire, de demander un second référendum. | © Pexels / Element5 Digital

Politique

Entre le travail, récupérer les enfants à l’école et les activités sportives, des élections le jeudi ne semblent pas très pratiques pour les électeurs.

 

Bien que la plupart des pays votent le dimanche, comme nous, il n’en est pas de même pour tous les pays du monde. À l’instar des États-Unis qui votent le mardi, la Grande-Bretagne choisit elle d’organiser ses élections le jeudi. Les Britanniques sont appelés aux urnes aujourd’hui pour désigner les futurs membres du Parlement, et ainsi le Premier ministre et son gouvernement qui seront élus par les députés. Normalement prévue tous les cinq ans, cette « general election » est la troisième depuis 2015.

Lire aussi > Brexit : et si Boris Johnson appelait à des élections anticipées ?

Depuis 1931, toutes les élections générales ont lieu un jeudi. Auparavant, les Britanniques votaient n’importe quel jour de la semaine selon les élections. Depuis 1975, toutes les élections de manière générale se tiennent le jeudi, rapporte BBC Scotland. On notera tout de même une exception en 1978, quand les élections locales avaient été déplacées au mercredi pour ne pas interférer avec le lancement de la coupe du monde de football.

Il n’existe pas vraiment de raison officielle d’avoir choisi le jeudi, selon la presse anglaise. Par contre, il existe plusieurs théories pour tenter de comprendre cette décision.

Pour éviter d’être influencé par l’Église et le pub

Contrairement à notre pays, le dimanche ne serait pas considéré comme un « bon » jour pour voter, de peur que les électeurs ne soient influencés par ce qu’ils pourraient entendre à l’Église. Le vendredi ne serait pas non plus approprié pour des raisons sociales. Dans les années 30, les travailleurs étaient payés chaque semaine le vendredi, et pour fêter cela, ils n’hésitaient pas à aller boire plusieurs bières au pub du coin. Entre voter ou passer une bonne soirée avec ses copains, le choix était vite fait. Pour éviter un taux d’abstention élevé dans certaines classes sociales, le vendredi n’était donc pas une option.

Le jeudi aurait donc été choisi, étant le jour le plus éloigné dans la semaine du vendredi et du dimanche.

Les élections n'ont pas lieu le vendredi car les travailleurs préféraient aller au pub que de voter
Les élections n’ont pas lieu le vendredi car les travailleurs préféraient aller au pub que de voter. © Unsplash / Amie Johnson

Jeudi, jour du marché

Selon plusieurs médias anglais, dont BBC Scotland, ce jour de la semaine aurait également pu être choisi en raison d’une tradition. En effet, le jeudi était le jour du marché autrefois au Royaume-Uni. Convoquer des élections ce jour-là était ainsi l’occasion pour la population de ne pas sortir uniquement pour aller voter, mais de passer au bureau de vote après avoir fait un tour au marché.

Photo prise au marché de Soho à Londres
Photo prise au marché de Soho à Londres. © Unsplash / Clem Onojeghuo

Un aspect purement politico-pratique

Les élections ayant lieu dans tout le pays, les résultats sont rarement connus le soir même. Le temps de déballer tous les bulletins, le résultat définitif du scrutin est généralement connu seulement le lendemain matin. En choisissant le jeudi, le gagnant aurait ainsi le temps de célébrer sa victoire le vendredi, et de former son gouvernement le week-end, pour commencer à travailler dès le lundi.

La Chambre des communes se compose de 650 députés.
La Chambre des communes se compose de 650 députés. © Flickr / UK Parliament

Au-delà d’élire de nouveaux membres du Parlement, cette élection générale décidera surtout du futur du Royaume-Uni : soit le Brexit avec Boris Johnson, soit un second référendum avec Jeremy Corbyn. Quel que soit le résultat de cette élection, le temps est compté. À partir du 31 janvier 2020, le Royaume-Uni devrait officiellement ne plus faire partie de l’Union européenne.

Lire aussi > Tony Blair : « La seule solution serait d’organiser un second référendum sur le Brexit »

CIM Internet