Paris Match Belgique

Élections américaines : Des prisonniers au service du candidat Michael Bloomberg

le candidat démocrate Michael Bloomberg

Michael Bloomberg. | © JEFF KOWALSKY / AFP

Politique

Aux États-Unis, des prisonniers ont donné des coups de fil au nom du candidat Michael Bloomberg afin d’attirer de potentiels électeurs.

Michael Bloomberg n’a certainement pas passé le plus joyeux des réveillons de Noël. En pleine campagne pour la primaire démocrate, l’ancien maire de New York est au cœur d’une polémique qui pourrait lui faire perdre quelques points. Mardi 24 décembre, The Intercept a révélé que son équipe de campagne a eu recours à des prisonniers pour passer des coups de fil promouvant sa candidature à la présidentielle de 2020.

Selon le média américain, c’est par le biais d’un de ses fournisseurs que l’équipe a fait appel à un sous-traitant, une compagnie gérant des centres d’appel dont deux se trouvent dans des prisons dans l’État de l’Oklahoma. Des personnes emprisonnées ont ainsi téléphoné contre rémunération au nom du candidat démocrate dans au moins l’une des deux prisons, un établissement pour femmes.

Lire aussi > La stratégie insolite et coûteuse du milliardaire Michael Bloomberg pour gagner la primaire américaine

Michael Bloomberg, l’un des hommes les plus riches du monde, qui a officialisé sa candidature le mois dernier, a reconnu que l’article était correct mais a assuré ne pas avoir été au courant des faits. « Nous ne le savions pas et nous ne l’aurions jamais permis si nous l’avions su », a clarifié la porte-parole du Démocrate Julie Wood à The Intercept. Bloomberg a souligné avoir aussitôt rompu ses relations avec la compagnie en question. « Nous n’avons appris cela que lorsque le journaliste nous a appelés, mais dès que nous avons découvert quel sous-traitant du fournisseur avait fait cela, nous avons immédiatement mis fin à notre relation avec la compagnie et les gens qui l’ont embauchée », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Exploitation continue

Pour Alex Friedmann, rédacteur en chef de Prison Legal News et défenseur des droits des détenus, « l‘utilisation du travail pénitentiaire est l’exploitation continue de personnes enfermées, qui n’ont pratiquement vraiment aucune autre possibilité d’avoir un emploi ou de faire de l’argent autrement que grâce aux opportunités qui leur sont offertes par les autorités pénitentiaires ».

C’est pourquoi Michael Bloomberg d’être associé à cette méthode. « Nous ne sommes pas d’accord avec cette pratique et nous allons nous assurer que nos fournisseurs examinent de près leurs sous-traitants à l’avenir », a ajouté le centriste qui est encore loin derrière le quatuor de tête des candidats démocrates, composé de Joe Biden, Elizabeth Warren, Bernie Sanders et Pete Buttigieg.

CIM Internet