Paris Match Belgique

Détruire des sites culturels en Iran : L’Unesco rappelle Trump à l’ordre

Donald Trump

Donald Trump multiplie les menaces et les provocations après l’assassinat du général iranien Soleimani.. | © JIM WATSON / AFP

Politique

Dans sa série de provocations envers l’Iran, Donald Trump a menacé de détruire des sites culturels. Une décision qui violerait plusieurs conventions internationales.

La menace est lancée. Samedi, le président américain a averti samedi Téhéran que les États-Unis ont identifié 52 sites en Iran et les frapperont « très rapidement et très durement » si la République islamique attaque du personnel ou des objectifs américains. Certains de ces sites iraniens « sont de très haut niveau et très importants pour l’Iran et pour la culture iranienne », a précisé dans un tweet Donald Trump qui multiplie les menaces et les provocations, alors que la tension ne fait que monter entre les deux pays.

Lire aussi > Crime de guerre : Trump menace de frapper l’Iran avec des raids sur des sites culturels

Dimanche, le milliardaire a balayé les critiques de ses opposants démocrates, furieux de ne pas avoir été informés avant la frappe qui a tué un puissant général iranien, en affirmant qu’il n’avait pas besoin du feu vert du Congrès américain. « Si l’Iran frappe toute personne ou cible américaine, les États-Unis frapperont rapidement et totalement en retour, et peut-être de manière disproportionnée », a-t-il averti, annonçant que ses tweets valaient déclaration au Congrès.

Le président républicain a également balayé les critiques après sa menace de samedi. À bord de l’Air Force One, il aurait insisté auprès de certains journalistes : « Ils ont le droit de torturer et de mutiler les nôtres. Ils ont le droit d’utiliser des bombes et de faire sauter les nôtres. Et nous n’avons pas le droit de toucher à leur site culturel ? Ça ne marche pas comme ça », a-t-il déclaré d’après le New York Times. Quelques heures plus tôt, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo avait pourtant promis que les États-Unis agiraient « dans le cadre de la loi ».

Lire aussi > « En 2020, Trump usera et abusera de son pouvoir présidentiel »

Des crimes de guerre

La destruction de sites culturels est en effet interdite par la loi. Comme l’Unesco l’a rappelé ce lundi. La directrice générale de l’organisation, Audrey Azoulay, a souligné lors d’une rencontre avec l’ambassadeur iranien Ahmad Jalali que les États-Unis, ainsi que l’Iran, avaient ratifié deux conventions – de 1954 et de 1972 – sur la protection des biens culturels et du patrimoine mondial en cas de conflit.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, avait répondu dimanche aux propos de Donald Trump en l’accusant de vouloir « répliquer les crimes de guerre de l’Etat islamique en visant notre patrimoine culturel ». « Depuis des millénaires, des barbares sont venus et ont ravagé nos villes, rasé nos monuments et brûlé nos librairies. Où sont-ils maintenant ? », avait-il tweeté.

CIM Internet