Paris Match Belgique

Cette carte montre en temps réel où les premiers conflits dus à une pénurie d’eau pourraient éclater

Carte pénurie d'eau

Au-delà des conflits politiques qui ont donné au Moyen-Orient le surnom de "poudrière", un autre facteur des plus troublants pourrait donner lieu aux conflits futurs : la pénurie d'eau | © Screenshot WPS

Politique

Sur Internet, il est possible de trouver une foule d’infographies intéressantes, qu’il s’agisse d’estimer la taille des dégats des feux de forêts en Australie ou de calculer le nombre de pages idéal pour un roman.

 

Vice News s’est intéressé récemment à l’une de ces fameuses infographies. L’urgence silencieuse qu’elle renferme la rend aussi fascinante que menaçante. Pourtant, elle a le mérite d’éveiller sur un problème dont on parle trop peu : la pénurie d’eau annoncée dans de nombreux pays, et les risques de conflits qu’elle risque de provoquer.

Lire aussi > La déforestation en Amazonie affecte aussi son fleuve et « toute la biosphère »

Au-delà des conflits politiques qui ont donné au Moyen-Orient le surnom de « poudrière », un autre facteur troublant pourrait donner lieu aux conflits futurs : la pénurie d’eau. Cette carte interactive disponible en ligne tente ainsi de prédire où se déclenchera le prochain conflit, pour peut-être tenter de l’enrayer.

Carte interactive pénurie d'eau
Screenshot WPS

« Nous pouvons peut-être prédire la « prochaine Syrie » »

Cette carte mise au point par les chercheurs du Water, Peace and Security partnership (WPS) fait partie d’un projet plus global présenté récemment au Conseil de sécurité de l’ONU. C’est la première carte qui tente de prédire comment les facteurs environnementaux seront capable de provoquer les conflits à venir.

Comme le précise Vice : « Ce nouvel outil est conçu principalement pour les décideurs et les gouvernements locaux afin de les aider à intervenir avant qu’un conflit n’éclate réellement, mais tout le monde peut l’utiliser. »

Lire aussi > Les plateformes de streaming se lancent à la conquète du marché au Moyen-Orient

Comment ça marche ?

À partir de données d’images satellite, les scientifiques mesurent la quantité d’humidité qui transpire des cultures, ce qui leur donne une idée de l’état de santé de ces dernières. Si les cultures se portent mal, les risques de conflit augmentent. À côté, ces données sont couplées à des méthodes plus traditionnelles de prédiction des conflits, comme l’instabilité politique, pour estimer la probabilité qu’une lutte n’éclate.

Lire aussi > En pénurie d’eau potable, la baie du film La Plage peine à se reconstruire

Charles Iceland, qui dirige tous les projets dans le domaine de l’eau au Word Resources Institute (WRI) et qui a participé à la création de ce nouvel outil, déclare à ce propos :  » Le raisonnement est le suivant : Nous pouvons [peut-être] prédire la Syrie « .

Crises migratoires et guerres civiles

Le cas de la Syrie est en effet particulièrement parlant. L’importante sécheresse qui a débuté là-bas en 2006 a tué 85% du bétail et a poussé les agriculteurs à migrer vers les centres urbains. Ce sont en tout plus de 1,5 millions de personnes qui ont été forcées de s’installer dans les villes, provoquant des troubles sociaux qui ont, selon les chercheurs, exacerbé la guerre civile qui a ensuite conduit à la crise actuelle des réfugiés syriens.

« La sécheresse avait déplacé les Syriens bien avant le début du conflit », a déclaré Francesco Femia, président du Centre pour la sécurité climatique, à VICE News. « Et ce qui est effrayant, c’est que les analystes qui étudient la région l’ont complètement raté ».

« La sécheresse avait déplacé les Syriens bien avant le début du conflit »

Charles Iceland reconnaît cependant que ces conflits ne sont pas uniquement causés par la pénurie d’eau mais par de nombreux facteurs multidimensionnels qui se recoupent entre eux et créent un effet d’emballement.

En attendant, le Moyen-Orient continue de se réchauffer plus rapidement que n’importe quelle autre région du monde. Les sécheresses qui s’y produisent risquent de menacer une paix déjà fragile en Irak et en Iran au cours des années à venir selon la carte interactive. Ce qui fut autrefois le « berceau de notre civilisation » subit aujourd’hui un important assèchement. En Iran, les barrages excessifs des rivières, la mauvaise gestion de l’eau, la sécheresse et les changements climatiques ont tous contribué à la pénurie d’eau.

Lire aussi > Le juteux commerce d’eau d’icebergs, une aberration écologique [PHOTOS]

Alors que les tensions entre l’Iran et les États-Unis sont plus vives que jamais, les futurs conflits pourraient être aggravés par la pénurie dans cette région où la rareté de l’eau risque de créer de véritables conflits civils.

« Ces problèmes déstabilisent l’Iran de l’intérieur « , déclare Iceland. « Ils peuvent se combiner avec des problèmes géopolitiques sans rapport et sombrer dans le chaos. »

CIM Internet