Paris Match Belgique

« Il savait tout ce qui se passait » : Un ex-collaborateur de Giuliani charge Trump sur l’Ukraine

Selon un ex-collaborateur de Giuliani, Trump savait tout ce qui se passait en Ukraine

Lev Parnas devant le tribunal de New York, en octobre 2019. | © Angela Weiss / AFP

Politique

Lev Parnas, ancien collaborateur de Rudy Giuliani, a assuré que Donald Trump était parfaitement au courant des efforts de l’avocat pour obtenir l’ouverture d’une enquête sur Joe Biden en Ukraine.

 

« Il était au courant de chacun de mes mouvements. » À quelques jours de l’ouverture du procès en destitution de Donald Trump, un ancien collaborateur de son avocat personnel est venu apporter son lot de révélation. Lev Parnas, interpellé et mis en examen en octobre dernier pour violation des lois sur le financement de campagne, a accordé une interview à MSNBC pour donner sa version des faits. Rudy Giuliani, persuadé de tenir en Ukraine un scandale qui pourrait être dévastateur pour Joe Biden, a engagé Lev Parnas pour un rôle de fixeur en Ukraine.

Lire aussi > La procédure d’« impeachment » de Donald Trump en 5 questions

Selon Lev Parnas, interviewé en présence de son avocat, la thèse d’agissements menés par Rudy Giuliani seul ne tient absolument pas : « Le président Trump savait tout ce qui se passait. Il était au courant de chacun de mes mouvements. Je n’aurais rien fait sans l’approbation de Rudy Giuliani ou du président. Je n’avais aucune raison de parler à tous ces officiels [ukrainiens] et ils n’avaient aucune raison de me parler. Pourquoi les proches de Zelensky ou un ministre ou le président Porochenko m’auraient parlé ? Qui suis-je ? On leur a dit de me rencontrer, c’est le secret qu’ils tentent de garder. J’étais sur le terrain, à faire leur travail. » « Tout ça, c’était pour Joe Biden. […] Ça n’a jamais été strictement à propos de corruption, ça visait seulement Burisma, les liens avec Hunter Biden et Joe Biden », a-t-il poursuivi, évoquant l’entreprise de gaz naturel de l’ancien ministre Mykola Slotschewskyj. Le clan Trump est persuadé que Joe Biden a influencé la diplomatie américaine, lorsqu’il était vice-président, pour aider la société où son fils Hunter travaillait – des soupçons sans fondement, selon la justice ukrainienne.

« Je pensais être un patriote qui aidait le président »

Mardi, la Chambre des représentants a dévoilé les documents remis par Lev Parnas dans le cadre de l’enquête sur les soupçons d’abus de pouvoir. Les échanges, qu’ils soient avec Rudy Giuliani ou d’autres proches de Donald Trump, montrent comment Yuriy Lutsenko, un ancien procureur ukrainien, a proposé son aide pour enquêter sur Burisma et les Biden en échange du renvoi de Marie Yovanovitch, ambassadrice américaine en Ukraine et employée respectée du département d’État depuis 33 ans que Rudy Giuliani a déjà publiquement critiquée. Elle a finalement été rappelée à Washington par l’administration Trump en mai 2019, période à laquelle Rudy Giuliani évoquait publiquement une piste en Ukraine. Le départ de la diplomate aurait permis, selon les démocrates, la création d’une diplomatie parallèle entre Washington et Kiev, à laquelle l’avocat personnel du président collaborerait.

Lire aussi > Destitution de Trump : Des « preuves accablantes » attestent la culpabilité du président américain

Lev Parnas a également accordé un entretien au New York Times. « Je pensais être un patriote qui aidait le président », a juré Lev Parnas, regrettant d’avoir « trop fait confiance ». « Je pensais qu’en écoutant le président et son avocat, je ne pouvais pas m’attirer de problème ou faire quelque chose de mal ». Selon lui, Rudy Giuliani est devenu officiellement son avocat et celui d’Igor Fruman, afin que leurs missions pour le milliardaire soient également couvertes par le secret professionnel. Rudy Giuliani, parrain d’un des fils de Lev Parnas, a trouvé « triste de voir que ceux qui détestent Trump utilisent » son ancien collaborateur, qu’il qualifie de « menteur patenté ». « Laissez-le s’épuiser puis je répondrai si nécessaire », a écrit l’ancien maire de New York.

CIM Internet