Paris Match Belgique

Avant les primaires démocrates, Hillary Clinton flingue Bernie Sanders

hillary clinton

Hillary Clinton. | © Don EMMERT / AFP

Politique

Dans un long entretien accordé au Hollywood Reporter avant la sortie d’un documentaire, Hillary Clinton ne mâche pas ses mots contre Bernie Sanders, qui fut en 2016 son rival dans la primaire démocrate et qui est à nouveau candidat cette année.

À moins d’un mois des primaires démocrates dans l’Iowa, Hillary Clinton sort de sa réserve. Dans un grand entretien au Hollywood Reporter, l’ancienne secrétaire d’Etat revient sur un documentaire, Hillary, qui sera prochainement diffusé sur le service de streaming Hulu. Si elle ne se prononce pour aucun des candidats en lice, elle ne se prive pas de critiquer Bernie Sanders, l’un des favoris, avec des mots très durs. Dans le film, elle déclare : « Il a été au congrès pendant des années. Un sénateur l’a soutenu. Personne ne l’apprécie, personne ne veut travailler avec lui, il n’a rien accompli. C’était un politicien de carrière. Tout ça, ce sont des balivernes et je suis triste que les gens se soient laissés prendre. » Un propos sans ambiguïté qu’elle assume auprès du Hollywood Reporter.

Elle refuse de dire si, malgré cette critique, elle soutiendra Sanders face à Trump s’il remporte la primaire de 2020. « Je n’en suis pas encore là », balaie-t-elle, avant de détailler ses reproches : « Ce n’est pas seulement lui, il y a une culture autour de lui. Son équipe. Ses soutiens. Ses « Bernie Bros » sur Internet qui passent leur temps à attaquer les autres candidats, en particulier les femmes. Et j’espère vraiment que les gens font attention à ça parce que c’est inquiétant que [Bernie Sanders] ait laissé s’installer cette culture – il ne l’a pas pas seulement laissé s’installer, il semble vraiment la soutenir », dénonce Hillary Clinton.

Lire aussi > Dix choses à savoir sur Bernie Sanders

Clinton s’immisce dans la polémique opposant les deux candidats les plus à gauche

La candidate malheureuse à la présidentielle de 2016 voit dans les tensions entre Bernie Sanders et Elizabeth Warren, les deux candidats les plus à gauche, une résurgence des critiques formulées contre elle il y a quatre ans. Warren accuse Sanders de lui avoir confié qu’il ne croyait pas possible la victoire d’une femme. Sanders nie avoir tenu de tels propos. Pour Hillary Clinton, pas de doute : Bernie Sanders est bien adepte d’une forme de sexisme, même si elle ne prononce pas le mot. « Ça fait partie d’un motif récurrent. Si ça ne s’était produit qu’une fois, vous pourriez vous dire : ‘Ok, ça va’. Mais il a dit que je n’étais pas qualifiée. J’avais bien plus d’expérience que lui, et j’avais accompli bien plus que lui, et pourtant, telle était son attaque contre moi. »

En 2016, le sénateur du Vermont, qui n’est pas affilié au parti démocrate mais avait tout de même participé à sa primaire, avait rebattu les cartes de l’élection. Clinton avait finalement emporté la nomination, au prix d’un affrontement difficile avec Sanders, tenant d’une ligne plus à gauche. Elle avait perdu en novembre 2016 face à Donald Trump, en dépit du fait qu’elle avait remporté près de 3 millions de voix de plus que le milliardaire sur l’ensemble du pays.

CIM Internet