Paris Match Belgique

Pendant la galère du caucus de l’Iowa, Michael Bloomberg prépare « sa » primaire

michael bloomberg

Michael Bloomberg, le 15 janvier 2020. | © TIMOTHY A. CLARY / AFP

Politique

Le milliardaire Michael Bloomberg, candidat tardif à l’investiture démocrate, ne participe pas aux premières élections de la primaire démocrate… mais prépare son entrée en jeu.

D’après un article Paris Match France de Kahina Sekkai

Pendant que les électeurs de l’Iowa attribuaient leur voix au candidat de leur choix, Michael Bloomberg fait bande à part. L’ancien maire de New York, entré tardivement dans la course à l’investiture démocrate, a fait le choix de se passer des premières élections de la primaire pour entrer en lice le 3 mars prochain, lors du « Super Tuesday » où les électeurs de 16 États sont appelés à se prononcer. Lundi, donc, le milliardaire lançait depuis Compton, en Californie, son tour des États-Unis avec son bus surnommé le « Get It Done Express ». À côté des 41 délégués de l’Iowa, la Californie en compte plus de 400, d’où la décision de Michael Bloomberg de se concentrer sur cet État géant.

« Je ne me présente pas contre les autres candidats démocrates, je me présente contre Donald Trump », a-t-il lancé, voulant se placer au-dessus de la mêlée. Cette dernière doit attendre la journée de mardi pour être départagée : plombée par des problèmes techniques, l’élection tarde à livrer ses résultats. La stratégie de Michael Bloomberg pourrait être payante : selon la moyenne de sondages réalisée par RealClearPolitics, le milliardaire est crédité avec 8% d’intentions de vote, le plaçant à la 4ème position derrière Joe Biden, Bernie Sanders et Elizabeth Warren. Mais cela vaut à l’échelle nationale, indicateur trompeur puisque le vote populaire avait été remporté avec plus de 2,5 millions de voix d’avance par Hillary Clinton face à Donald Trump en 2016.

Milliardaire new-yorkais contre milliardaire new-yorkais

Depuis l’officialisation de sa candidature, Michael Bloomberg est la cible des attaques de Donald Trump. Lors d’une interview diffusée dimanche, avant le Super Bowl, le président américain s’est moqué de la taille de son potentiel candidat, à qui il a attribué le sobriquet de « Mini Mike » : « Vous savez, il veut une boîte sur laquelle se tenir pendant les débats. Ça va, il n’y a rien de mal, vous pouvez être petit. Pourquoi devrait-il avoir une boîte sur laquelle se tenir ? Il veut une boîte pour les débats. Pourquoi aurait-il ce privilège ? Vraiment, ça veut dire que tout le monde a une boîte ? » La porte-parole de Michael Bloomberg, Julie Wood, a répondu sur un ton tout aussi personnel : « Le président ment. C’est un menteur pathologique qui ment à propos de tout : ses faux cheveux, son obésité et son bronzage artificiel. »

Lire aussi > La stratégie insolite et coûteuse du milliardaire Michael Bloomberg pour gagner la primaire américaine

Les deux milliardaires se sont également affrontés… par spot publicitaire interposé. Dimanche, leurs deux campagnes ont chacune dépensé 11 millions de dollars pour 60 secondes de pubs lors du Super Bowl. Michael Bloomberg a mis l’accent sur la nécessité d’une réforme de la possession d’armes à feu, Donald Trump sur son action présidentielle, notamment la réforme de la justice pénale dans une vidéo controversée. Depuis sa déclaration de candidature fin novembre, Michael Bloomberg a dépensé 180 millions de dollars, surtout dans des publicités diffusées à la télévision, en piochant dans sa fortune estimée à 60 milliards de dollars.

CIM Internet