Paris Match Belgique

Plus de peur que de mal : le 1er mai de Raoul Hedebouw

Raoul Hedebouw est légèrement blessé | © BELGA PHOTO NICOLAS LAMBERT

Politique

Raoul Hedebouw, le leader du PTB, a été victime d’une attaque à l’arme blanche alors qu’il allait prononcer son discours du 1er mai, place Saint-Paul à Liège. Il n’a été que légèrement blessé à la jambe.

« J’ai pris un coup de couteau dans la jambe, mais il en faudra plus pour nous faire taire ! », a lancé Raoul Hedebouw ce lundi place Saint-Paul à Liège, à l’occasion du 1er mai. Un homme armé d’un couteau et de gaz lacrymogène l’a agressé au cri de « le PTB, ce sont des idiots », le blessant légèrement à la jambe. L’agresseur, un homme entre 40 et 50 ans, a été directement interpellé par la police.

Lire aussi : Alerte rouge en Wallonie : le PTB dépasse le PS dans les sondages

Plus de peur que de mal. Après s’être mis à l’abri et fait soigner, Raoul Hedebouw est revenu sur le podium pour prendre la parole. « Je me suis fait attaquer par-derrière, je n’ai rien vu venir. C’est la première fois que je suis agressé depuis que je fais de la politique ! », a-t-il déclaré. « J’attends cet après-midi pour en savoir plus sur les motifs. Mais je suis monté sur le podium après l’agression parce que je voulais donner le signal que ce n’est pas en nous agressant qu’on nous fera taire ! », rapporte le Soir

Plan anti burn-out, Monsanto…

Avec comme slogan « Change the System », le ton est donné. Le PTB veut faire passer « les gens d’abord, pas le système ». Cela passe alors par un plan anti burn-out, présenté par Raoul Hedebouw après son agression. Il le gouvernement de Charles Michel au défi de le mettre en place, alors qu’une étude de Securex publiée dans la semaine a mis en exergue l’augmentation des trentenaires malades de longue durée. « Nous travaillons pour vivre, mais nous ne vivons pas pour travailler », a-t-il scandé, avant de plaider pour une semaine de 30 heures avec maintien du salaire. Il propose deux autres points, visant la loi Peeters et les nouvelles mesures de Maggie De Block : « Stop à la flexibilité » et « Aider et pas chasser les malades de longue durée ».

Raoul Hedebouw a également poussé un coup de gueule contre la multinationale Monsanto qui a commercialisé un produit, le Roundup, à base de glyphosate, alors qu’elle connaissait dès le début sa nocivité pour la santé. « Menacer notre santé au nom du profit est inacceptable« , a-t-il affirmé.

« Une nouvelle gauche se lève dans l’ensemble de l’Europe. Nous n’acceptons plus l’arrogance des libéraux qui répètent qu’il n’y a pas d’alternatives aux valeurs libérales », a-t-il déclaré tout en soulignant que « la lutte » serait encore longue. « Pour gagner, nous aurons besoin de l’unité du peuple et de l’organisation des travailleurs. Organisez-vous, ne faites pas que voter. Prenez votre sort en main », a exhorté le député. « Nous devons créer un contre-pouvoir, alors qu’il y a de plus en plus de connivence entre les mondes économique et politique », a-t-il poursuivi, fustigeant entre autres l’implication de politiciens libéraux dans le scandale du Kazakhgate.

Lire aussi : Kazakhgate : enquête sur l’homme à l’origine du scandale

Après son discours, le député fédéral du PTB a finalement été emmené à l’hôpital.

De son côté, le Premier ministre Charles Michel a fermement condamné l’agression de Raoul Hedebouw. « Nous condamnons toutes les formes de violences et nous lui souhaitons un bon rétablissement ».

CIM Internet