Paris Match Belgique

Échec « colossal », xénophobie… Biden flingue Trump pour sa gestion du coronavirus

Joe Biden. | © FREDERIC J. BROWN / AFP

Politique

Le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden a éreinté jeudi la gestion par Donald Trump de la pandémie de coronavirus, dénonçant un échec « colossal » de la mise en place des tests et son « recours à la xénophobie ».

L’ancien vice-président de Barack Obama, favori pour décrocher l’investiture démocrate et défier le milliardaire lors de la présidentielle de novembre, a cherché à donner un air présidentiel à une allocution sur la crise du coronavirus, donnée devant des drapeaux américains dans sa ville de Wilmington, dans le Delaware. Son rival, le sénateur Bernie Sanders, devait suivre avec ses propres remarques dans l’après-midi.

Un « virus étranger »

La pandémie perturbe déjà la campagne présidentielle américaine. Les deux candidats ont annulé des meetings de campagne cette semaine. Joe Biden prévoit une conversation en ligne avec des habitants de Chicago vendredi, à la place d’un rassemblement. Des experts sanitaires ont reproché aux autorités d’avoir minimisé la crise et d’avoir pris du retard dans la mise au point des tests de dépistage.

L’échec de l’administration vis à vis des tests est colossal.

« Toute personne ayant besoin d’être testée sur la base de conseils médicaux devraient être testées gratuitement, gratuitement. L’échec de l’administration vis à vis des tests est colossal. C’est un échec dans la préparation, la direction et la mise en oeuvre », a réagi Joe Biden. Selon lui, « la peur des citoyens a été exacerbée par le manque systématique de confiance dans ce président, alimenté par la relation difficile qu’il a avec la vérité ». Joe Biden a également réagi aux mots choisis, à dessein, mercredi soir par le président américain, qui a parlé de « virus étranger ». « Mais nous ne devrions pas non plus paniquer ou avoir recours à la xénophobie. Appeler le covid-19 un ‘virus étranger’ n’écarte pas la responsabilité des mauvaises décisions prises jusqu’ici par l’administration Trump », a-t-il affirmé.

Lire aussi > Enfin vainqueur, Biden relance la course démocrate à la Maison Blanche

Les États-Unis avaient dépassé jeudi la barre des 1.300 cas d’infection au nouveau coronavirus, et 38 personnes en sont mortes, selon les statistiques de l’université américaine Johns Hopkins.

CIM Internet