Parfaitement malade : Donald Trump promet d’"achever" Obamacare

Parfaitement malade : Donald Trump promet d’"achever" Obamacare

L'annonce de la réforme a fait des vagues dans la population américaine | © Belga

Politique

Le président américain Donald Trump a promis d' »achever » l’assurance santé qui avait été mise en place par son prédécesseur Barack Obama, prédisant « une victoire incroyable » après que la réforme élaborée par les élus républicains a été adoptée à la Chambre des représentants.

 

« On savait que (Obamacare) n’allait pas marcher, je l’ai prédit il y a longtemps », a déclaré M. Trump lors d’une conférence de presse dans les jardins de la Maison Blanche. « C’est clair que c’est un échec, c’est mort. On va l’achever et on va continuer à faire beaucoup d’autres choses », a-t-il poursuivi. Un discours jubilant, qu’il convient toutefois de nuancer. En effet, la réforme est passée de justesse, avec 217 voix contre 213 seulement, les 193 démocrates et 20 républicains ayant voté non. Ce qui n’a pas empêché le restant des républicains de la Chambre de saluer le passage de la réforme par une ovation. Le président de la Chambre, Paul Ryan, n’a lui pas hésité à remercier chaudement Donald Trump, confiant que « nombre d’entre nous attendions ce jour depuis sept ans » et désignant Obamacare d' »expérience ratée ».

Lire aussi : Hollywood en liesse après le revers de Donald Trump sur Obamacare

 

Au Sénat de trancher

Reste que l’affaire n’est pas encore gagnée pour les opposants d’Obamacare, car le débat se déplace désormais au Sénat, où la loi est considérée comme inacceptable en l’état, en ce compris par plusieurs sénateurs républicains. Le sénateur Lindsey Graham a ainsi souligné que la loi devait être examinée avec la plus grande prudence. Si la réforme promise par Donald Trump passe, elle reviendrait sur plusieurs acquis d’Obamacare. Ainsi, les Américains ne seraient plus contraints légalement de souscrire une assurance maladie, la couverture minimum instaurée par Obamacare serait fortement allégée, quitte à ne plus couvrir les personnes ayant des antécédents médicaux, et les financements publics à Medicaid, le programme d’assurance pour les américains les plus pauvres, seraient réduits.

CIM Internet