Paris Match Belgique

En pleine pandémie, Donald Trump suspend la contribution américaine à l’OMS

Donald Trump OMS contribution

Mardi, Donald Trump a annoncé qu'il suspendait le versement de contributions américaines à l'organisation, qu'il accuse de n'avoir pas fait assez face à la pandémie. | © Doug Mills / Pool via CNP.

Politique

Après avoir formulé des reproches à l’OMS, accusée de n’avoir pas fait assez face à la pandémie, Donald Trump a annoncé la suspension de la contribution américaine à l’organisation.

D’après un article Paris Match France de Kahina Sekkai

En pleine pandémie, l’OMS devra se passer de la contribution des États-Unis. Mardi, Donald Trump a annoncé qu’il suspendait le versement de contributions américaines à l’organisation, qu’il accuse de n’avoir pas fait assez face à la pandémie. Le président américain qui, tout en rejetant tout critique contre son administration, n’a jamais retenu ses coups à l’égard de l’OMS, a dénoncé de « sévère problèmes de management et de couverture de la propagation du coronavirus ».

Comme pour ses critiques envers l’OTAN, Donald Trump s’est concentré sur l’apport américain en le comparant à celui d’autres pays, en l’occurrence la Chine : « Tout le monde sait ce qui s’y passe. Les contribuables américains fournissent entre 400 et 500 millions de dollars par an à l’OMS. La Chine contribue à peu près à 40 millions. Les États-Unis ont le devoir de demander des comptes, une des décisions les plus dangereuses et coûteuses de l’OMS aura été de s’opposer aux interdictions de voyage depuis la Chine et d’autres nations », a-t-il martelé lors de son point quotidien à la Maison-Blanche, s’accrochant sur la décision qu’il a prise tôt – mais qui a été la seule pour endiguer le virus pendant de longues semaines.

Lire aussi > Coronavirus : Donald Trump s’en prend au docteur Fauci, son principal expert

« Tellement de morts ont été causées par leurs erreurs. Il aurait été plus facile de dire la vérité », a assuré Donald Trump, cherchant à rediriger vers l’OMS les accusations d’impréparation de son administration face à la pandémie qui a fait plus de 25 000 morts aux États-Unis.

« La réalité, c’est que l’OMS n’a pas réussi à obtenir et à partager des informations à temps et avec transparence. Le monde dépend de l’OMS pour qu’elle travaille avec les pays pour s’assurer que les informations viables à propos de la santé internationale soient partagées à temps. L’OMS a échoué à ce devoir essentiel et doit être tenue pour responsable. L’OMS a échoué à enquêter sur les informations données par des sources à Wuhan qui allaient directement à l’encontre des déclarations du gouvernement chinois », a poursuivi le milliardaire. Les États-Unis représentent environ 15% du budget de l’OMS.

Lire aussi > L’OMS énonce les 6 mesures à respecter avant d’envisager un déconfinement

« Ma conviction est que l’Organisation mondiale de la Santé doit être soutenue car elle est absolument essentielle aux efforts du monde pour gagner la guerre contre le Covid-19 », a répondu Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies. « Une fois que nous aurons finalement tourné la page de cette épidémie, il y aura un temps pour revenir pleinement en arrière pour comprendre comment une telle maladie a pu survenir et répandre sa dévastation aussi rapidement à travers le monde, a-t-il poursuivi. Les leçons apprises seront essentielles pour gérer efficacement des défis similaires, s’ils surviennent à l’avenir. Mais ce n’est pas le moment […], et ce n’est pas le moment non plus de réduire les ressources pour les opérations ».

« La Chine a beaucoup souffert et a une grande connaissance du Virus », écrivait-il encore fin mars

La semaine dernière, après avoir accusé l’OMS d’être trop « centrée sur la Chine », Donald Trump avait déjà menacé de suspendre les fonds américains, avant de rétropédaler et d’affirmer qu’il lançait simplement une étude interne pour analyser cette contribution. Mais alors que les critiques s’intensifient à l’encontre de son administration, Donald Trump a trouvé avec l’OMS la cible parfaite pour rediriger ces attaques : une organisation mondiale, à qui les États-Unis versent de l’argent sans, à ses yeux, que le rendement sur investissement soit suffisant. Un argument de campagne qui entre parfaitement au sein du programme du président qui clame « America First ».

Lire aussi > Avec la Chine, Donald Trump oscille entre les compliments et les accusations

Reprochant à l’OMS d’avoir trop fait confiance à la Chine, dont il remet en doute la transparence sur la propagation de l’épidémie, Donald Trump oublie que lui aussi a salué le travail des autorités chinoises. Le 27 mars, il tweetait encore : « Je viens d’avoir une très bonne conversation avec le Président chinois Xi. Avons parlé en détails du coronavirus qui ravage de grandes parties de notre Planète. La Chine a beaucoup souffert et a une grande connaissance du Virus. Nous travaillons étroitement ensemble. Beaucoup de respect ! »

Oscillant entre critiques et compliments vis-à-vis de la Chine, il disait la semaine précédente que « le monde est en train de payer très cher pour ce qu’ils ont fait ». « Ça aurait pu être stoppé exactement là d’où c’est originaire, la Chine », avait-il ajouté.

CIM Internet