Paris Match Belgique

Donald Trump appelle à la révolte contre le confinement dans trois États

Donald Trump confinement Twitter

Alors que les États-Unis sont le pays le plus touchés par le coronavirus, qui y a fait plus de 32 000 morts, Donald Trump appelle à la révolte contre le confinement. | © Oliver Contreras / Pool via CNP.

Politique

S’adressant à ses partisans opposés au confinement, Donald Trump a appelé sur Twitter à « libérer » des États confinés et à « défendre » leur droit au port d’armes à feu.

D’après un article Paris Match France de Kahina Sekkai

Alors que les États-Unis sont le pays le plus touchés par le coronavirus, qui y a fait plus de 32 000 morts, Donald Trump appelle à la révolte contre le confinement. Vendredi, dans une série de tweets, le président américain a appelé les opposants aux mesures de protection à se rebeller contre les ordres émis par les gouverneurs de leurs États, tous trois démocrates. « Libérez le Minnesota! », « Libérez le Michigan! » puis « Libérez la Virginie », a-t-il tweeté vendredi, ajoutant pour le dernier un appel à défendre le droit au port d’armes : « Sauvez votre superbe 2ème amendement, il est attaqué ! »

 

Les trois États sont dirigés par des gouverneurs démocrates, qui ont tous confiné leurs concitoyens afin d’endiguer la propagation du virus : Tim Walz dans le Minnesota, Gretchen Whitmer dans le Michigan et Ralph Northam en Virginie. Mais Donald Trump, se préoccupant de la santé de l’économie qui était son principal argument de campagne et qui a été considérablement affaiblie, va à l’encontre des recommandations des experts et incite les gouverneurs, à qui la décision revient localement, à rouvrir les commerces.

Lire aussi > En pleine pandémie, Donald Trump suspend la contribution américaine à l’OMS

La pandémie touchant inégalement les différentes parties du pays, de nombreux Américains s’opposent à un confinement généralisé, comme le montrent les manifestations qui ont lieu depuis quelques jours, notamment dans le Michigan où certains ont carrément manifesté armés devant le Capitole local.

« Il met des millions de personnes en danger »

« Mon équipe et moi sommes en train de mener une guerre biologique », a répondu vendredi Ralph Northam, assurant qu’il n’avait « pas le temps de (s’)engager dans des guerres sur Twitter ». Gretchen Whitmer, dont le nom est cité parmi les potentielles candidates à la vice-présidence aux côtés de Joe Biden, a également voulu se placer au-dessus des attaques présidentielles : « Il y a beaucoup d’angoisse et je pense que la chose la plus importante que quelqu’un disposant d’une plateforme » comme les 80 millions d’abonnés de Donald Trump sur Twitter devrait l’utiliser « pour dire aux gens : ‘Nous allons nous en sortir' ». « Si je pensais que nous pouvions retourner travailler dès demain, c’est exactement ce que nous ferions », a pour sa part déclaré Tim Walz.

Lire aussi > Coronavirus : Donald Trump s’en prend au docteur Fauci, son principal expert

« Il met des millions de personnes en danger d’attraper le Covid-19. Ses tirades déséquilibrées et ses appels à « libérer » des États pourraient aussi mener à des violences », a rapidement déploré sur Twitter Jay Inslee, gouverneur démocrate de l’État de Washington, qui a été un des premiers foyers de contagion aux États-Unis.

Les trois gouverneurs visés par Donald Trump sont loin d’être choisis au hasard : tous trois dirigent des États qui seront cruciaux pour l’élection présidentielle de novembre prochain. Le milliardaire s’est imposé avec 0,3 point d’avance sur Hillary Clinton dans le Michigan, un des fameux États du Midwest qui ont fait défaut à la candidate démocrate. L’ancienne secrétaire d’État avait remporté le Minnesota et la Virginie grâce à quelques grandes villes, mais les cartes (que l’on peut retrouver sur le New York Times ici et ici) montrent bien que les circonscriptions rouges (votes républicains) sont plus nombreuses. Donald Trump, qui avait été élu président grâce aux grands électeurs et non grâce au vote populaire, cherche pour 2020 à remporter ce vote qui lui a manqué.

CIM Internet