Paris Match Belgique

Quand Melania Trump a prévenu son mari très tôt sur la dangerosité du Covid-19 (et comment il l’a envoyée balader)

donald trump melania coronavirus covid-19

Le couple présidentiel le 25 mai à la Maison-Blanche. | © Nicholas Kamm / AFP.

Politique

Selon une source citée par Vanity Fair, la First Lady avait attiré l’attention de son mari sur le coronavirus dés février. Un avertissement qui a fini en scène de ménage.

 

Alors qu’il vient de traiter Joe Biden, son rival pour l’élection présidentielle de novembre prochain, de « parfait crétin » pour avoir porté un masque lors d’un déplacement, Donald Trump continue d’essuyer une pluie de critiques outre-Atlantique pour sa gestion catastrophique de la crise sanitaire. Et pourtant. Son épouse Melania, inquiète par les développements liés au virus il y a plus de trois mois, aurait tout fait pour prévenir son président de mari.

Lire aussi > Melania Trump : Incendiée pour son inaction face au coronavirus, elle réagit enfin

Complètement ignorée

Selon la version américaine de Vanity Fair, la First Lady – intraitable sur le respect des mesures sanitaires à la Maison Blanche – n’avait pas hésité à remettre les pendules à l’heure dés février. C’était lors d’un voyage officiel en Inde, et Melania aurait sommé à son époux de prendre enfin au sérieux la propagation du virus.

Des conseils que le président a balayé d’un revers de main, persuadé à ce moment-là que le coronavirus n’était qu’une simple « grippe saisonnière. » « Il a complètement ignoré ses remarques », a confié une source au magazine américain, qui rapporte également que la Première dame en aurait assez que son époux « n’entende que ce qu’il a envie d’entendre et s’entoure de gens qui vont toujours dans son sens. »

Lire aussi > « Marie-Antoinette », « déconnectée » : Melania Trump critiquée en pleine épidémie

Alors que plus de 100 000 personnes sont décédées des suites du coronavirus aux Etats-Unis, les regards se tournent vers Donald Trump, dont la très lente prise de conscience de la gravité des événements a coûté très cher au pays. Pourtant peu enclin à critiquer publiquement les actions de son successeur, Barack Obama est récemment sorti de sa réserve, chargeant lourdement le président américain pour sa gestion calamiteuse de la crise.

CIM Internet