Paris Match Belgique

Le Royaume-Uni va recommencer à vendre des armes à l’Arabie Saoudite, pourtant en conflit armé avec le Yémen

Le Royaume-Uni va recommencer à vendre des armes à l’Arabie Saoudite, pourtant en conflit armé contre le Yémen

Le Royaume-Uni a décidé de vendre de nouveau des armes à l'Arabie Saoudite, et tant pis si elles servent dans le conflit armé avec le Yémen. | © ABDULLAH AL-QADRY / AFP

Politique

L’Arabie Saoudite intervient militairement au Yémen depuis 2015. Un conflit qui a fait des dizaines de milliers de morts.

 

La ministre britannique du Commerce international Liz Truss a annoncé mardi que le Royaume-Uni allait reprendre la vente d’armes à l’Arabie Saoudite, un an après les avoir suspendues en raison de l’utilisation qui pouvait en être faite au Yémen. Le gouvernement britannique avait été obligé d’interrompre ses ventes d’armes au régime saoudien le 20 juin 2019, après une décision de la cour d’appel de Londres les jugeant non conformes au droit international, au vue de l’implication de l’Arabie Saoudite dans le conflit au Yémen.

Lire aussi > Au Yémen, la nourriture est une « arme de guerre »

L’Arabie saoudite intervient militairement au Yémen voisin depuis 2015, à la tête d’une coalition régionale en soutien aux forces pro-gouvernementales opposées aux rebelles Houthis, soutenus par l’Iran. Le conflit, qui a fait des dizaines de milliers de morts, a déclenché selon les Nations unies la pire crise humanitaire au monde.

« Pas de risque évident » selon la ministre britannique

Mais dans une déclaration écrite au Parlement, la ministre au Commerce international Liz Truss, a expliqué mardi que le gouvernement estimait que l’Arabie saoudite avait désormais « la sincère intention et la capacité de se conformer au droit international humanitaire (DIH) ». « Il n’y a pas de risque évident que l’exportation d’armes et d’équipements militaires vers l’Arabie saoudite puisse être utilisé pour commettre une violation grave du DIH », a déclaré la ministre. « Le gouvernement va désormais commencer à rattraper le retard dans la délivrance des licences (de vente d’armes) à l’Arabie Saoudite et à ses partenaires, qui s’est accumulé depuis le 20 juin de l’année dernière », a-t-elle ajouté.

Cette annonce intervient au lendemain d’une vague de sanctions inédites imposées par le Royaume-Uni à 20 Saoudiens pour violations aux droits humains, soupçonnés d’avoir joué un rôle dans l’assassinat en 2018 de l’éditorialiste critique du régime saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul. Elle a immédiatement été dénoncée par des associations. « C’est une décision honteuse et sans aucune morale », a réagi le CAAT, association militant contre le commerce des armes, arguant que le gouvernement britannique avait « lui-même admis que les armes fabriquées au Royaume-Uni avaient joué un rôle central dans le bombardement » du Yémen.

Lire aussi > Conflit au Yémen : Le calvaire des personnes en situation de handicap

L’association a déclaré examiner la possibilité d’un recours judiciaire. Selon ses analyses basées sur des données fournies par le gouvernement, le Royaume-Uni a accordé pour près de 5 milliards de livres (5,6 milliards d’euros) de licences de vente d’armes à l’Arabie Saoudite depuis le début de sa campagne au Yémen en 2015.

Avec Belga

CIM Internet