Paris Match Belgique

La première prise de parole difficile d’Éric Dupond-Moretti à l’Assemblée fait le tour de la toile [VIDÉO]

Eric Dupond-Moretti

Éric Dupond-Moretti, nouveau garde des Sceaux, dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale. | © Thomas Padilla / MAXPPP.

Politique

Petit bizutage pour la rentrée des classes d’Éric Dupond-Moretti ce mercredi matin à l’Assemblée.

 

Le nouveau ministre de la Justice a été interrogé pour la première fois ce mercredi 8 juillet par les députés à l’occasion des premières questions du gouvernement depuis le remaniement. Un exercice particulièrement compliqué pour l’ancien avocat pénaliste qui s’est vu interrompre à de nombreuses reprises par les ministres de l’opposition, alors que la majorité contrait le tir par des applaudissements spontanés.

Lire aussi > La toile incrédule se déchaîne suite à la nomination d’Éric Dupond-Moretti

C’est une question du député LR Antoine Savignat qui a mis le feu aux poudres : « Pourriez-vous nous éclairer, vous ne deviez jamais occuper ce fauteuil, et vous êtes là. Vous ne deviez jamais avaler de couleuvres et vous avez retiré votre plainte, pour cette atteinte inadmissible à votre vie privée et à votre secret professionnel. Alors Monsieur le ministre, vos actions futures seront-elles en adéquation avec vos déclarations passées, ou pas ? ». La question fait référence à une interview accordée par Éric Dupond-Moretti à LCI en avril 2018, dans laquelle il déclarait « Je n’accepterai jamais un truc pareil » à la question « Si on vous proposait le poste de ministre de la justice, vous accepteriez ? ».

Lire aussi >

« Quand on est avocat pénaliste libre, on n’a pas la même parole que quand on représente l’Etat », a répondu d’emblée Éric Dupond-Moretti. Aussitôt chahuté par l’opposition, il ajoute « Je vous en prie, c’est déjà compliqué pour moi, c’est une première » et est aussitôt applaudi par la majorité. Après plusieurs tentatives de réponses vaines, le nouveau ministre de la Justice demande au président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand : « Est-ce qu’on décompte les interruptions ». « Non, on ne décompte pas, on souffre en silence », répond ironiquement l’intéressé. « Comedia del arte », « classe de primaire », « la cour de récréation », ont commenté les internautes en masse.

CIM Internet