Donald Trump dévoile des infos classifiées à la Russie en voulant se vanter

Donald Trump dévoile des infos classifiées à la Russie en voulant se vanter

"Et Sergueï ! Tu sais garder les secrets ?" | © Belga

Politique

Longtemps, les États-Unis ont été vus comme les garants mondiaux de la démocratie. Aujourd’hui, le pays tend plus vers la loufoquerie, avec à sa tête, un président qui cumule les boulettes. Comme par exemple, communiquer des informations confidentielles en voulant épater le ministre russe des Affaires étrangères. 

Le poids des mots, le choc des photos : ainsi pourrait être résumée la rencontre de Donald Trump avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. L’image de leur rencontre avait en effet fait grincer des dents, le président US ayant pris le temps de poser pour quelques clichés souriants qu’il croyait réservés aux archives russes. Loupé. Pire encore que la diffusion de ces clichés d’entente cordiale par le Kremlin ? Le partage accidentel d’informations confidentielles, communiquées au ministre russe par Donald Trump alors qu’il tentait de l’impressionner.

Lire aussi > Limogeage suspect, enquête et liens avec la Russie : tout sur le renvoi du directeur du FBI par Trump

D’excellents renseignements

Ainsi que le rapporte le New-York Times, dans une tentative de vanter la qualité de ses services de renseignement, Donald Trump s’est permis de dévier du discours préparé et a abordé les détails classifiés d’une menace provenant de l’État islamique. En profitant pour saluer au passage les « gens qui me briefent avec d’excellents renseignements chaque jour », et sans considération pour le fait que ces informations sont confidentielles.

Respect des sources

Si le président a la liberté de partager les informations, classifiées ou non, qui lui sont communiquées, il a enfreint ici les bonnes pratiques en vigueur dans le domaine de l’espionnage.  bonnes pratiques à observer dans le domaine de l’espionnage. C’est en effet grâce au réseau d’information d’un de ses pays partenaires que le gouvernement US a été mis au courant de la menace. Selon le New York Times, Donald Trump aurait communiqué à Sergueï Lavrov la ville dans lesquelles ses sources auraient obtenu l’information, donnant ainsi au ministre de précieux indices pour démasquer la source en question. Un problème de taille, quand on sait que la Russie est une fidèle alliée du régime de Bashar al-Assad.

Lire également > Les larmes de Jimmy Kimmel pour dénoncer Trump

Environnement inquiétant

Après l’emballement provoqué par l’affaire aux États-Unis, le général H.R. McMaster, qui dirige le Conseil de sécurité nationale, a pris la parole hier soir. Lors d’une brève allocution, il a affirmé que « ‘histoire qui a été publiée est fausse. À aucun moment des méthodes de renseignement ou des sources n’ont été évoquées ». Le général n’a toutefois pas démenti la divulgation d’informations confidentielles. Sur les réseaux, le sénateur républicain Bob Corker s’est inquiété de la situation, soulignant que « c’est vraiment dommage, car il y une bonne équipe de sécurité nationale, mais le chaos qui est créé par l’indiscipline est en train de nous donner un environnement inquiétant ». Bientôt un remake de Panique à la Maison Blanche ?

CIM Internet