Paris Match Belgique

Élections américaines : En cas de défaite, Donald Trump pourrait contester les résultats

Élections américaines : En cas de défaite, Donald Trump pourrait contester les résultats

Donald Trump. | © Imago / Sarah Silbiger

Politique

Selon lui, un vote par courrier pourrait « truquer l’élection » en sa défaveur.

Le président américain Donald Trump a été mis en difficulté ce dimanche lors d’une interview sur Fox News. Il a notamment déclaré ne pas encore savoir s’il accepterait une défaite aux élections de novembre. Il a expliqué auprès du média conservateur qu’il n’est « pas un bon perdant » et qu’il risquerait de ne pas bien gérer la situation s’il perd.

Le candidat républicain à sa propre réélection est contre la suggestion des démocrates de tenir des élections par correspondance, à cause de l’épidémie de coronavirus. Quand le présentateur Chris Wallace demande au chef de l’État s’il accepterait les résultats de l’élection en novembre, ce dernier se contente de répondre : « Il faudra voir. (…) Il faudra voir. Je ne vais pas juste dire « oui » », estimant que « le vote par courrier va truquer l’élection ».

Lire aussi > Donald Trump décrit comme menteur et narcissique dans le livre explosif de sa nièce

La chute dans les sondages

Selon les derniers sondages, le démocrate Joe Biden devancerait de huit points Donald Trump (49 % contre 41 %). Des intentions de votes fermement balayées par le président. « D’abord et avant tout, je ne suis pas en train de perdre, car ce sont des sondages bidon », a assuré le républicain auprès de Fox News. Il n’a pas hésité à attaquer son adversaire en le considérant notamment « incapable d’aligner deux phrases à la suite ». « Je dirais qu’il n’est pas compétent pour être président. Pour être président, il faut être vif d’esprit, solide, et bien d’autres choses. Il ne sort même pas de son sous-sol », a critiqué le président américain. Selon Donald Trump, Joe Biden « ruinerait le pays et triplerait les impôts », et ouvrirait la voie à la « gauche radicale » et à ce « genre d’idéologie qui s’est emparée du Venezuela ».

Le président a également refusé d’apporter tout crédit à un sondage de Fox News montrant que les électeurs le considéraient moins « compétent » que Joe Biden. Il a suggéré que cette question soit tranchée par un test de quotient intellectuel imposé aux deux candidats septuagénaires. « Faisons un test. Faisons un test maintenant. Posons-nous, Joe et moi, et passons un test », a lancé le dirigeant républicain, qui le 3 novembre sera opposé dans les urnes à l’ancien vice-président de Barack Obama.

Mauvaise gestion de la crise Covid-19

Rares sont les critiques contre Donald Trump, d’ordinaire, sur Fox News. Cependant le présentateur Chris Wallace n’a pas manqué de bousculer le président, notamment sur sa gestion de la crise du Covid-19. Alors que le nombre d’infections repart en flèche aux États-Unis, le président maintient que le virus finira par « disparaître »« J’aurai raison au final. Vous savez, j’ai dit : ‘ça va disparaître’. Je le dirai encore », a-t-il longuement insisté.

Lire aussi > Covid-19 : La situation aux États-Unis devient plus que préoccupante [GRAPHIQUES]

Pour le président américain, « beaucoup de ces cas (les nouveaux, ndlr) sont des gens jeunes qui guériraient en un jour ». « Ils ont le nez qui coule et on comptabilise ça comme un cas (…). Beaucoup de ces cas ne devraient même pas être des cas », a-t-il estimé, expliquant la disparité dans les chiffres avec l’Europe, où le nombre d’infections a fortement baissé, par le nombre de tests. « Ils ne dépistent pas. Ils ne dépistent pas », a-t-il lancé. Quant au taux de mortalité, le président a affirmé que son pays avait « l’un des taux les plus bas, peut-être le plus bas au monde », ce que contestent certains experts.

Sans surprise, il a confirmé ne pas vouloir rendre le port du masque obligatoire. « Je veux que les gens aient une certaine liberté (…) et je ne suis pas d’accord avec l’affirmation selon laquelle si tout le monde met un masque tout va disparaître », a-t-il répondu. Donald Trump continue de payer cher sa gestion jugée mauvaise de la crise du Covid-19 aux États-Unis, avec un taux d’approbation de sa politique générale chutant à 39 % (et une majorité de 57 % la réprouvant).

Lire aussi > Pour la première fois Donald Trump sort masqué

CIM Internet