Paris Match Belgique

Trump accuse une agence américaine de retarder le développement des vaccins pour l’après élection

Trump accuse une agence américaine de retarder le développement des vaccins pour l'après élection

Donald Trump, le 20 août 2020. | © Tasos Katopodis / DPA

Politique

Cette réaction inquiète grandement les experts, craignant que le président approuve un vaccin au détriment de la science et la sécurité.

Le président américain Donald Trump a accusé samedi les membres de la FDA (Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) de retarder le développement de vaccins contre le nouveau coronavirus. Selon lui, ils complotent pour qu’aucun vaccin ne soit validé avant l’élection du 3 novembre.

Lire aussi > Élections américaines : En cas de défaite, Donald Trump pourrait contester les résultats

Il les a accusés, sur Twitter, de compliquer l’inscription de candidats aux essais cliniques. Cette nouvelle attaque intervient après qu’un haut fonctionnaire de la FDA a déclaré qu’il démissionnerait si un vaccin venait à être approuvé avant qu’il ait été prouvé qu’il était efficace. « Ils espèrent de toute évidence retarder la réponse jusqu’après le 3 novembre », date de l’élection présidentielle.

« Même pour lui, cela dépasse les bornes »

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a qualifié le tweet de Trump de « très effrayant » et de « déclaration très dangereuse », affirmant que « même pour lui, cela dépassait les bornes », rapporte CNN« La FDA a la responsabilité d’approuver les médicaments, en jugeant de leur sécurité et de leur efficacité, et non par une déclaration de la Maison-Blanche sur la vitesse et la politisation de la FDA », a déclaré Nancy Pelosi aux journalistes.

Lire aussi > Donald Trump demande de décaler l’élection présidentielle et suggère une fraude électorale

Donald Trump attaque régulièrement les agences d’État via Twitter, les accusant de vouloir saper son autorité. La FDA s’inquiète de la pression du gouvernement Trump pour approuver à tout prix un vaccin avant les élections, même sans preuve tangible de son efficacité. Donald Trump a en effet promis qu’un vaccin serait disponible d’ici la fin de l’année, bien que les vaccinologues aient déclaré à CNN que ce délai n’était pas réaliste. Et ses derniers commentaires n’apaiseront pas les craintes de certains experts et Américains qui craignent que l’administration se précipite pour préparer un vaccin au détriment de la science et de la sécurité.

CIM Internet