Paris Match Belgique

Washington hausse le ton et va prendre des sanctions contre le Bélarus

Washington hausse le ton et va prendre des sanctions contre le Bélarus

Des partisans de l'opposition manifestent en soutien aux militants arrêtés. | © Natalia Fedosenko / Abacapress

Politique

Des milliers de manifestants protestent contre la réélection d’Alexandre Loukachenko, qu’ils dénoncent frauduleuse. Des sanctions internationales vont être prises contre le président bélarusse qui a enfermé des centaines d’opposants.

 

Les États-Unis ont assuré vendredi qu’ils annonceraient d’ici quelques jours de nouvelles sanctions contre des personnalités et des entités bélarusses, en coordination avec l’Union européenne. « Nous devrions d’ici quelques jours être en position de dresser la liste additionnelle de sanctions que nous imposerons en parallèle avec celles prises par l’Union européenne », a déclaré le numéro 2 du département d’État américain, Stephen Biegun.

Stephen Biegun, qui parlait à des journalistes par téléphone, a estimé que Moscou assumait un gros risque en soutenant la répression d’un important mouvement populaire de contestation de la réélection du président bélarusse Alexandre Loukachenko. « Si le Kremlin continue dans cette voie, il risque de voir le peuple bélarusse, qui n’a aucun grief contre la Russie, se dresser contre Moscou », a déclaré le numéro deux de la diplomatie américaine.

L’hypothèse de nouvelles sanctions avait déjà été évoquée mardi par le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo. Il s’était déclaré « profondément inquiet des informations sur l’enlèvement et la tentative d’expulsion forcée de dirigeants de l’opposition au Bélarus ».

Des manifestations depuis plus d’un mois

Le président du Conseil européen Charles Michel a de son côté appelé mercredi les 27 États membres de l’UE à « accélérer » l’adoption de sanctions contre le Bélarus, alors même que Chypre bloquait de nouvelles mesures européennes contre Minsk. Les ministres européens des Affaires étrangères ont donné en août leur feu vert pour sanctionner les responsables de la répression du mouvement de contestation contre le président Alexandre Loukachenko. Le Conseil de l’UE a établi une liste de noms contre lesquels des interdictions d’entrée et des gels de comptes doivent être imposés. Selon des sources diplomatiques, la liste contient actuellement une quarantaine de noms.

Le Bélarus est secoué par des manifestations quotidiennes et des mouvements de grèves depuis la présidentielle contestée du 9 août, que le président Loukachenko (66 ans, dont 26 à la tête du Bélarus) clame avoir remporté avec 80 % des voix et que l’opposition dénonce comme frauduleuse.

Avec Belga

CIM Internet