Paris Match Belgique

Selon Donald Trump, Joe Biden aurait dû imposer le port du masque aux États-Unis

Selon Donald Trump, Joe Biden aurait dû imposer le port du masque aux États-Unis

Donald Trump, le 15 septembre 2020. | © Yuri Gripas / Belga Image

Politique

Interrogé sur ABC News, Donald Trump a critiqué Joe Biden pour n’avoir pas mis en place une obligation nationale du port du masque. Même s’il est l’actuel président américain.

 

D’après un article Paris Match France de Kahina Sekkai

Donald Trump est habitué à rejeter la faute sur ses prédécesseurs. Désormais, il rejette la faute sur son possible successeur. Mardi, lors d’une émission sur ABC News au cours de laquelle il a répondu à des électeurs, le président américain a critiqué Joe Biden pour n’avoir pas mis en place une obligation nationale du port du masque – et ce alors que le démocrate n’est plus au pouvoir depuis 2016 et n’a pas de mandat électoral grâce auquel il aurait pu proposer un texte de loi. Interrogé par une ingénieure à la retraite sur l’absence d’obligation nationale et sur son non-port du masque, Donald Trump a répondu : « Ils ont dit à la convention démocrate qu’ils allaient mettre en place une obligation nationale, mais ils ne l’ont jamais fait. Ils se sont renseignés et ils ne l’ont pas fait. Une bonne question serait de demander à Joe Biden. Il a dit qu’ils allaient mettre en place une obligation nationale », a-t-il déclaré, avant que le journaliste George Stephanopoulos ne rappelle que Joe Biden avait appelé les gouverneurs à agir, car cela relevait de leur autorité. « Il ne l’a pas fait. Il ne l’a jamais fait. Au fait, il y a beaucoup de gens qui ne veulent pas porter de masque. Beaucoup de gens qui pensent que les masques ne sont pas bons », a-t-il martelé.

Lire aussi > Trump et les masques : Ce que cache la réticence du président

Joe Biden a rapidement répondu à la sortie présidentielle : « Pour rappel : je ne suis pas actuellement président. Mais si vous participez maintenant, nous pouvons changer ça en novembre », a-t-il tweeté, avec un lien vers un appel aux dons.

Joe Biden présenté en candidat reclus dans sa cave

En établissant la comparaison avec Joe Biden, Donald Trump en appelle à ses électeurs les plus sceptiques face à la pandémie qui a fait plus de 195 000 morts dans le pays et se place en défiance face aux scientifiques. Après s’être opposé aux mesures de confinement pour des raisons économiques, le président américain se plaint régulièrement de la distanciation physique qui l’empêche de tenir les grand meetings qu’il avait tant appréciés durant la campagne 2016. Son équipe de campagne se joue des mesures prises selon les États et organise des rassemblements dans des hangars aéroportuaires, devant un public peu masqué – malgré le fiasco de son meeting de Tulsa, après lequel les autorités de l’Oklahoma avaient détecté une hausse des contaminations. Joe Biden, de son côté, sort toujours masqué en public.

Lire aussi > Échec « colossal », xénophobie… Biden flingue Trump pour sa gestion du coronavirus

Mais cette obstination à se présenter devant ses électeurs, et sans masque, est devenue un argument de campagne pour Donald Trump, face à un Joe Biden prudent qui multiplie les événements virtuels et rencontres en petits comités. Le milliardaire, qui avait déjà insisté sur le soi-disant manque d’énergie d’Hillary Clinton, se moque régulièrement de Joe Biden en le présentant en candidat reclus dans sa cave. Donald Trump ne peut s’empêcher de lui attribuer la responsabilité de bien des situations, notamment les manifestations parfois violentes qui ont lieu dans certaines villes. Les républicains, à l’image du trumpiste texan Ted Cruz, utilisent les événements de Portland pour illustrer ce que serait « l’Amérique de Joe Biden ». Ils présentent le démocrate en « laxiste »… tout en omettant sciemment le fait que Donald Trump est au pouvoir depuis plus de trois ans et demi et qu’il refuse d’aborder le racisme et les violences policières, raisons premières de ces mobilisations populaires.

CIM Internet