Paris Match Belgique

L’absence digitale de Mathieu Michel pose question : « Ce n’est pas dans ma nature »

Mathieu Michel (MR) est l'un des nouveau visage du gouvernement d'Alexander De Croo. | © BELGA PHOTO POOL - DANNY GYS

Politique

C’est le journal L’Echo, entre autres, qui en parle dans son édition du jour. Le frère de Charles Michel et le fils de Louis Michel n’a pas de réelle présence digitale… De quoi se poser la question de la justesse de cette nomination au sein de la Vivaldi en tant que secrétaire d’Etat en charge de l’Agenda digital et du numérique. Le journal n’hésitant pas à parler de ‘fantôme digital’.

 

Mathieu Michel n’est pas tout à fait un inconnu, surtout dans le Brabant Wallon, véritable bastion de la famille Michel et de la famille libérale. Il y occupait la fonction de président du collège provincial. Né le 18 mai 1979, Mathieu Michel est le deuxième fils de Louis Michel, l’ancien ministre des Affaires étrangères et ancien commissaire européen. Ce Jodoignois de souche commence sa carrière professionnelle comme chargé de communication du syndicat libéral. Membre de jeunes libéraux dès 1994, il est élu en 2000 conseiller provincial du Brabant wallon, et devient conseiller du CPAS de Jodoigne l’année suivante.

Dans l’ombre de son père, puis de son frère qui évoluent respectivement au niveau européen et national, Mathieu Michel se fait, lui, une place une niveau local et provincial. En 2006, il devient ainsi député provincial, et six ans plus tard, président du collège provincial, soit le chef de l’exécutif de la jeune province, fonction qu’il exerçait jusqu’à à ce jour.

Lire aussi > Beaucoup de nouvelles têtes dans le gouvernement fédéral : qui sont-elles ?

Pour être tout à fait complet, il occupera aussi les fonctions de secrétaire d’Etat  de la simplification administrative, de la protection de la vie privée et de la régie des bâtiments. Concernant le volet numérique de sa fonction, un portefeuille qui a au moins quinze ans en Belgique fédérale mais dont on voit rarement les vrais effets, on ne peut que relever l’absence de Mathieu Michel des réseaux. Ni compte Twitter, ni compte Linkedin. Et cela a forcément remué la toile depuis l’annonce de son entrée en fonction à ce poste-là…

Pour Twitter, l’intéressé s’en expliquer au micro de la chaîne d’info LN24 dans les termes suivants  « Je ne comprends pas bien le concept Twitter… Je vais lancer deux phrases comme cela pour que tout le monde l’écoute… Il y a un petit côté exhibitionniste. Je ne suis pas de nature à m’exprimer comme cela sur Twitter. Je ne suis pas fan des réseaux.  J’aime prendre le temps de poster un poste. Je suis plus de la génération Facebook. J’estime que j’ai autre chose à faire que de multiplier les messages sur les différents réseaux. L’enjeu du digital, grand dieu, ce n’est pas que Twitter heureusement… »

Bien sûr, c’est l’avis du secrétaire d’Etat et il faut le respecter. Il n’est pas seul à avoir cette approche. Et cela ne signifie pas non plus qu’il ne pourra pas appliquer au fédéral l’expérience en la matière déjà acquise au niveau plus local. Il ne faut pas être geek pour obtenir des résultats en digitalisation des pouvoirs publics. Néanmoins, plusieurs médias s’interrogent sur le profil qui s’apparente à un véritable lapin sorti du chapeau de Goerges-Louis Bouchez, le président du MR. L’avenir nous en dira probalement plus !

Lire aussi >La Belgique aura un gouvernement fédéral ce jeudi, il aura fallu attendre 16 mois pour arriver à un accord !

 

CIM Internet