Paris Match Belgique

Élection présidentielle américaine : Le fol espoir des démocrates… remporter le Texas

élections américaines Texas

Une femme brandit un drapeau américain alors que les partisans du président Trump regardent le débat présidentiel au centre de la campagne de la victoire Trump à Katy, Texas, le 29 septembre 2020. | © Mark Felix / AFP.

Politique

À une semaine de l’élection présidentielle, les démocrates espèrent remporter le Texas, pourtant un bastion républicain.

D’après un article Paris Match France de Kahina Sekkai

Le Texas sera-t-il la surprise de l’élection de novembre 2020? Kamala Harris se rendra vendredi dans le « lone star state », à quatre jours du scrutin. Le but : convaincre les électeurs indécis de ce bastion républicain qui, selon les derniers sondages, a une petite chance de vaciller et tomber dans l’escarcelle des démocrates, alors que le Texas n’a pas voté pour un candidat démocrate depuis… 1976. En 2016, Donald Trump avait remporté l’État avec 9 points d’avance mais, d’après FiveThirtyEight, il est au coude à coude avec Joe Biden qui, il y a quelques jours encore, avait jusqu’à 3 points d’avance dans certaines études d’opinion. «Les démocrates ont traditionnellement échoué à investir au Texas, malgré le poids de ce trophée, car ils pensaient que la porte était close aux candidats démocrates à la présidentielle. Mais, comme pour beaucoup de choses en 2020, cette année est différente : Biden a un pied dans la porte et doit l’enfoncer pour achever cette élection», ont plaidé Beto O’Rourke et Tory Gavito, ancien candidat à la primaire démocrate et stratège politique, dans le Washington Post. Preuve qu’ils sont porteurs d’une parole entendue : les démocrates ont dépensé 6,2 millions de dollars en publicités télévisées au Texas début octobre, un record pour un candidat démocrate, précise USA Today.

Quelques frémissements dans les élections de 2018

Outre les 38 grands électeurs du Texas en jeu dans le cadre de la présidentielle, d’autres scrutins intéressent les démocrates : deux ans après que Beto O’Rourke a manqué de peu la victoire face au républicain sortant Ted Cruz, John Cornyn a de l’avance sur sa concurrente démocrate M.J. Hegar pour l’autre poste de sénateur du Texas, qui est en jeu cette année. Mais les 7 points d’écart paraissent faibles pour le sénateur sortant qui brigue un quatrième mandat, et qui avait recueilli 59% des voix en 2014. M.J. Hegar, elle, est une ancienne de l’armée américaine, qui avait échoué de peu en novembre 2018 face au républicain John Carter, réélu avec seulement 50,6% des voix à la Chambre des représentants.

Lire aussi > Élections américaines : En cas de défaite, Donald Trump pourrait contester les résultats

Pour les mandats d’élus à la Chambre des représentants, certains démocrates peuvent tirer leur épingle du jeu. Toujours selon FiveThirtyEight, Lulu Seikaly mène de 2 points face à Van Taylor, élu en 2018. La démocrate sortante Lizzie Fletcher a elle aussi 2 points d’avance face au républicain Wesley Hunt. Sri Preston Kulkarni a 5 points d’avance sur Troy Nehls, un shérif républicain. Gina Ortiz Jones a pour sa part un petit point d’avance sur Tony Gonzales. Même s’ils devaient finalement ne pas l’emporter, ces quatre candidats démocrates montrent, à l’image de Beto O’Rourke en 2018, que les bastions sont plus fragiles qu’il n’y paraît après quatre ans de présidence de Donald Trump… ou bien renforcer la mobilisation de conservateurs qui craindraient une victoire des démocrates. La réponse est attendue le 4 novembre.

CIM Internet