Paris Match Belgique

Cette ultime lubie de Donald Trump pour s’assurer de rester dans les mémoires

donald trump

Donald Trump en décembre 2020. | © ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP.

Politique

Avant son ultime départ de la Maison-Blanche, Donald Trump souhaite marquer le coup d’une bien étrange manière.

 

Donald Trump vit en sursis à la Maison-Blanche alors que l’investiture de Joe Biden est prévue pour le 20 janvier prochain. Pour être certain de ne pas se faire voler la vedette, le 45ème président des États-Unis a prévu un départ en fanfare afin de complètement éclipser son adversaire. Au programme ? Trump a imaginé un départ à bord de l’hélicoptère présidentiel Marina One avant de monter dans l’Air Force One pour rejoindre la Floride. Il s’adresserait alors à ses plus fidèles supporters qui l’attendraient à son arrivée.

Lire aussi > Pamela Anderson tente d’attirer l’attention de Donald Trump d’une manière très originale

Le milliardaire de 74 ans a également réussi à faire parler de lui en accordant la grâce présidentielle à nombre de ses amis et alliés politiques controversés. Parmi eux, Paul Manafort, son ami et conseiller Roger Stone ou encore Charles Kushner, le père de son gendre.

Selon le Daily Beast, Donald Trump se serait enquis auprès de ses collaborateurs et conseillers pour savoir quel type de « paperasse » était nécessaire pour obtenir un aéroport portant le nom d’un ancien président. Un autre proche du président aurait également révélé « son désir de voir un aéroport national ou international aux États-Unis porter le nom de « Donald J. Trump », et qu’il espérait qu’il y aurait un effort organisé et agressif pour le faire, comme il l’avait fait pour donner à l’aéroport national de la région de Washington le nom du président Ronald Reagan ».

Lire aussi > Donald Trump offre à ses alliés de nouvelles grâces controversées

Aux États-Unis, plusieurs aéroports portent le nom d’anciens présidents : Theodore Roosevelt, Dwight Eisenhower, John Kennedy, Jimmy Carter, Reagan, George H.W. Bush, Bill Clinton ou encore George Washington. Ce qui est inquiétant, c’est que Trump ait le temps de s’en inquiéter en pleine pandémie de coronavirus.

CIM Internet