Paris Match Belgique

Le lapsus de Roger Stone, ami de Donald Trump, fait beaucoup rire la toile

Le laspus de Roger Stone, ami de Donald Trump, fait beaucoup rire la toile

Roger Stone appelle à "combattre" la vérité. | © Brendan Smialowski / AFP

Politique

Quand l’adepte des fake news parle de la vérité, ça tourne mal …

 

Donald Trump et ses alliés ne sont toujours pas prêts à reconnaitre la victoire des démocrates. Alors que le Congrès devra aujourd’hui valider la victoire de Joe Biden, des élus républicains comptent s’opposer aux résultats, parlant d’une élection « truquée ». Le président a même appelé ses supporters à descendre dans les rues de Washington pour montrer leur soutien.


Ses plus proches alliés n’hésitent pas à prendre également la parole devant les militants. C’est notamment le cas de Roger Stone, ami de longue date de Donald Trump. Emporté par l’ambiance de la foule, ce dernier s’est quelque peu perdu dans sa tirade sur la vérité. « Ce qui nous intéresse, c’est la vérité. De dire la vérité, de combattre la vérité, de vivre pour la vérité. » Un lapsus où « combattre la vérité » ne passe pas inaperçu et fait plutôt rire la toile. « La première chose exacte que Stone ait jamais dite. » « Roger Stone a-t-il déjà été en contact avec la vérité ? » Certains y voient même une ressemblance avec le Pingouin dans Batman.

« Quelle ironie de voir un homme déclarer dire la vérité, alors qu’il a été poursuivi pour ne pas avoir dit la vérité », commente ce New-Yorkais. En effet, Roger Stone a été condamné en février dernier à trois ans et quatre mois de prison pour avoir menti sous serment devant le Congrès. Il a finalement été gracié plus tard par son ami de toujours : Donald Trump.

Lire aussi > Donald Trump offre à ses alliés de nouvelles grâces controversées

Une recherche de la « vérité » qui en a donc fait sourire plus d’un. Roger Stone est connu pour avoir créé les fake news, avant même que le terme n’existe. Dans le documentaire Get me Roger Stone, disponible sur Netflix, on découvre que Roger Stone avait réussi à manipuler ses camarades dès l’école primaire, lors d’une simulation de l’élection de 1960, en disant aux autres enfants à la cantine que Richard Nixon souhaitait rendre l’école obligatoire le samedi. Conséquence : JFK l’emportait haut la main.

CIM Internet