Paris Match Belgique

L’emblématique bourgmestre de Knokke-Heist Léopold Lippens est décédé

Léopold Lippens souffrait de la leucémie. Il a dirigé la commune huppée du littoral durant de nombreuses années. | © BELGA PHOTO KURT DESPLENTER

Politique

Léopold Lippens est décédé à l’âge de 79 ans, a confirmée, vendredi, la commune de Knokke-Heist.

 

L’information a été donnée peu auparavant par RTL Info qui précise que l’homme était entouré de ses trois enfants au moment du décès. Léopold Lippens était bourgmestre de Knokke depuis 1979. Il était le frère de Maurice Lippens, un homme d’affaires belge célèbre, ancien patron de Fortis.

Indéboulonnable durant 41 ans !

Lorsque le bourgmestre Emmanuel Desutter est devenu député en 1979, M. Lippens lui a succédé au maiorat de Knokke. Dans les années qui ont suivi, Léopold Lippens, membre de la liste « intérêts communaux », fut élu à plusieurs reprises. En 2018, il a même obtenu pas moins de 7.000 votes de préférence.

Au total, le comte Lippens aura été bourgmestre de Knokke-Heist pendant 41 ans. Le maieur fera souvent l’objet de critiques en raison de ses déclarations controversées. Ainsi au début des années 90, l’homme s’était prononcé contre la venue des touristes d’un jour à Knokke. En 2016, l’intéressé avait réclamé que l’on enferme les migrants illégaux dans des camps à l’image de celui de Guantanamo, sans les torturer toutefois.

Le bourgmestre Lippens était également un homme d’affaires à l’image d’autres membres de sa famille. L’homme a ainsi dirigé pendant des années la Compagnie du Zoute, la puissante société immobilière de la famille Lippens et des familles nobles apparentées avant qu’il ne fasse un pas de côté comme administrateur, une fois la limite d’âge de 70 ans atteinte.

Fin 2017, l’opposition et les médias ont mis en exergue les conflits d’intérêts existant entre sa fonction de bourgmestre et ses liens familiaux avec la Compagnie du Zoute. Le parquet de Flandre occidentale avait ainsi ouvert une enquête au début de l’année 2020 dans cette optique. Léopold Lippens aurait ainsi pris part à des débats communaux relatifs à la transformation du Tolpaertpolder en terrain à bâtir dans lequel sa famille aurait eu des intérêts. Léopold Lippens n’avait par ailleurs jamais fait mystère de sa volonté de rester bourgmestre de Knokke et estimait que 104 ans était un bon âge pour céder le relais. L’intéressé avait subi une opération au coeur voici quelques années et s’était mis en retrait depuis le mois novembre en raison d’une leucémie. Il laisse trois enfants.

Des réactions politiques au nord et au sud du pays

Les réactions politiques ne se sont pas fait attendre. « C’était un visionnaire. Il a fait Knokke-Heist », a commenté le gouverneur de la province de Flandre occidentale, Carl Decaluwé. « Nous savions qu’il était gravement malade, mais son décès est malgré tout une surprise », ajoute le gouverneur. « On n’en fait plus, des bourgmestres comme lui. Il avait des avis marqués et ce n’était pas toujours facile de travailler ensemble, mais j’avais énormément de respect pour l’homme » qu’il était. « Lippens était Knokke-Heist, et Knokke-Heist était Lippens », conclut-il.

Du côté libéral, le président de l’Open Vld, Egbert Lachaert, parle d’un « visage connu de la région côtière ». Le ministre fédéral Vincent Van Quickenborne (Open Vld) estime que la politique belge perd « une légende ». « Un bourgmestre particulier. Proche de ses habitants. A la vision souvent osée ».

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a lui aussi transmis ses condoléances aux proches via Twitter, soulignant l’action de Leopold Lippens pour sa commune qu’il a « placée sur la carte » et saluant « un romantique, ‘le coeur sur la langue' ». « Une certaine incarnation de la Belgique, aussi ».

Avec Belga.

CIM Internet